Le 29 janvier, Hadj Ghermoul, militant pour les droits de l’homme a été mis en détention en attendant son jugement. Officiellement, il est accusé d’« outrage à corps constitué ». Les policiers l’ayant interpellé avaient indiqué que l’intéressé était en état d’ébriété et qu’il avait proféré des insanités à leur encontre. Ses camarades de lutte livrent une toute autre version. Selon eux, il a été jeté en prison parce qu’il  avait ouvertement exprimé son rejet du cinquième mandat !

Hadj Ghermoul croupit dans les geôles du régime depuis deux mois. Sa mise sous verrous  est le résultat de la perversion du pouvoir judiciaire sous l’ère Bouteflika. Hadj Ghermoul  est devenu par le fait du prince : « Le prisonnier du cinquième mandat ».

Le 7 février dernier, il a été condamné à six mois de prison ferme par le tribunal de Mascara. Selon ses proches, on est en face d’un cas classique de délit d’opinion. On ne peut contester que ce soit là, un des domaines dans lequel le régime excelle !

Hadj Ghermoul, 37 ans, avait fait le buzz en janvier dernier, lors qu’il avait publié une photo sur Facebook, dans laquelle il tenait une pancarte exprimant un contenu hostile au cinquième mandat. Deux mois plus tard, le peuple est en passe de recouvrer sa souveraineté et le régime Bouteflika est quasiment dans la poubelle de l’histoire.

Pourtant, beaucoup de victimes de la justice du régime de Bouteflika continuent de croupir en prison. Hadj Ghermoul est l’un d’eux, mais on peut également citer l’exemple d’Ahmed Baba Nedjar, le plus vieux prisonnier politique en Algérie. Ce militant du FFS a été jeté en prison à la suite d’un procès kafkaïen en 2005. A ce jour, il n’a pu bénéficier d’un procès équitable.

Qu’attend-on pour reconsidérer les sentences prononcées contre ces deux prisonniers politiques ?!

Écroué parce qu’il s’était opposé au cinquième mandat / Qu’attend-on pour libérer Hadj Ghermoul ?!
4.3 (85.71%) 7 vote[s]