Le président français a eu à répondre à une question à propos de la situation en Algérie posée par l’historien Benjamin Stora lors d’un débat qui s’est tenu hier mardi, avec les intellectuels français. Dans son énoncé, il a exprimé sa volonté d’accompagner la transition conformément à la feuille de route « proposée » par le régime. Les Algériens rétorquent: « occupe-toi de tes oignons ! »  

À la question de savoir quel est le rôle que la France peut jouer, le chef d’État français a affirmé qu’« il y a des échanges qui sont constants pour essayer d’accompagner ce qui est une forme de transition. Mes homologues ce sont les dirigeants (…) et les échanges sont constants pour essayer d’accompagner et de faire passer des messages d’une transition ».

De l’autre côté de la méditerranée, les Algériens restent attachés au principe de non-ingérence. Sur les réseaux sociaux comme dans la rue, on préconise au président français de s’occuper de ses problèmes intérieurs et de se comporter de façon plus démocratique avec les protestataires en France.