La chose a été très énergiquement dénoncée hier par Said SALHI vice président de la ligue algérienne de défense des droits de l’homme(LADDH). Il s’agit de l’utilisation, par les forces de l’ordre, des canons à son équipant les NIMR ISV. Ce véhicule conçu pour la répression des foules est un produit émirati, monté sous licence en Algérie.

Ce qui doit nécessairement être souligné et mis en relief, c’est que ce type d’instrument de répression n’a aucunement sa place au milieu de manifestations pacifiques ! Ses équipements peuvent causer des dommages très importants comme des pertes d’audition, voire même la mort !

« Grave et à dénoncer massivement », a souligné le communiqué de la LADDH, tout en rappelant que « des camions NIMR ISV avec dispositif de canon à Son fabriqués en Algérie ont fait leurs apparition cette semaine à Alger pour disperser les manifestants pacifiques, alors qu’ailleurs dans le monde notamment aux USA, ils sont interdits pour leur impact nocif sur la santé des citoyen-ne-s, causant des pertes d’audition et autres graves dommages allant jusqu’à la mort ».

La ligue a fait un exposé des équipements nocifs, voir létaux dont est équipé ce type de véhicules. « Le véhicule blindé en question, peut transporter 8 policiers équipés, dispose de 10 pots lance grenades fumigènes ou lacrymogènes et d’un dispositif LRAD (Long Range Acoustic Device) d’American Technology Corporation, qui est un canon à son orienté de longue portée qui peut atteindre les 165 décibels ce qui est l’équivalent du bruit d’un avion et qui dépasse largement le seuil de la douleur qui est de 120 db. Il dispose aussi d’un rayon laser vert qui aveugle momentanément un ou un groupe de manifestants ».

LADDH interpelle en toute urgence, le pouvoir au sujet de leur utilisation et exige le retrait immédiat de ces engins de la mort.

Algérie: l’usage des canons à son pour réprimer les manifestations pacifiques / La LADDH dénonce
4.9 (97.5%) 8 votes