Quelques jours avant sa tentative de fuite vers la Tunisie, Ali Haddad avait tenté de faire racheter à la BNA des bons de trésor acquis dans le cadre du fameux emprunt obligataire. Il espérait en tirer quelque 300 milliards de centimes !

Si l’on croit ce qui a été rapporté par nos confrères d’Algérie Monde Infos, le patron de l’ETRHB n’a pas pu « refourguer » les bons de trésor qui étaient en sa possession. Afin de persuader ses interlocuteurs, il est allé jusqu’à renoncer aux intérêts, mais les responsables de la BNA lui ont opposé un refus catégorique.

Acquis en 2016, dans la cadre de l’emprunt national obligataire, la maturité de ces bons de trésor n’ont pas atteint les cinq ans.

Notez cet article