Après avoir chargé les partisans de la solution politique et ceux de la période de transition, Ahmad Gaïd Salah s’attaque aux Algériens qui brandissent, durant les marches, le drapeau Amazigh. Selon lui, il s’agit d’une «minorité très peu nombreuse (…) qui a pour objectif d’infiltrer les manifestations». Le vice-ministre de la Défense ne l’a pas désigné nommément,  mais quasiment tout le monde a compris qu’il s’agit du drapeau berbère. Dangereux dérapage de la part du chef d’état-major de l’armée! 

« Brandir d’autres drapeaux lors des manifestations par une minorité très peu nombreuse est une question sensible. Il s’agit d’une volonté d’infiltrer les manifestations », a-t-il déclaré dans un énième discours d’orientation prononcé ce mercredi à Bechar.

« L’Algérie n’a qu’un seul drapeau qui représente sa souveraineté, son indépendance et son intégrité territoriale », a-t-il lancé, ajoutant que « des instructions strictes ont été communiquées aux forces de l’ordre, pour une application rigoureuse des lois, afin de contrecarrer les tentatives de porter atteinte aux sentiments des Algériens ».

Ce n’est un secret pour personne que le drapeau Amazigh et un symbole identitaire et un patrimoine que se partagent tous les pays du Maghreb. Il n’a donc jamais été brandi pour exprimer autre chose que la dimension identitaire consacrée dans la Constitution.

Les gens du Hirak l’ont bien compris et cela s’est traduit à travers les slogans d’unité et de fraternité scandés durant les marches récentes. Les manifestants tiennent, de plus en plus, à exprimer leur solidarité avec la région de la Kabylie qui fait actuellement l’objet d’une dangereuse campagne de dénigrement, notamment sur les réseaux sociaux.

Il a porté de graves accusations contre ceux qui brandissent le drapeau Amazigh durant les marches / A quoi joue Gaïd Salah ?
4.4 (88.89%) 9 vote[s]