16 parmi 19 manifestants ayant comparu ce dimanche devant le tribunal de Sidi M’hamed et celui de Bab el Oued ont été placés sous mandat de dépôt. Ces citoyens algériens ont été arrêtés lors de la marche du vendredi 21 juin pour avoir brandi l’étendard amazigh. On évoque le nombre de 19 manifestants, arrêtés mais des sources nous ont affirmé qu’il y a eu d’autres arrestations dans d’autres wilayas du pays.

Ces manifestants sont poursuivis pour « atteinte à l’unité nationale » et « atteinte à l’emblème national ». Les juristes soulignent avec insistance le fait que ces accusations ne reposent sur aucun fondement juridique. Le vendredi de l’union scellée entre les enfants de l’Algérie a été suivi par un dimanche noir. L’histoire le retiendra.

Durant notre couverture du rassemblement de soutien à ces manifestants pacifiques devenus des détenus, nous avons assisté à une intervention musclée de la par de la police, qui s’est soldée par l’arrestation du militant des droits de l’homme Amroud Reda (une vidéo a été mise en ligne – vous là trouverez sur le fil d’actualité) et un homme d’un certain âge. La police a par la suite dispersé le rassemblement en usant de la force.

Concernant l’affaire des citoyens arrêtés vendredi dernier, les avocats ont décidé de faire appel de la décision des juges, dès demain.