Le chef d’état-major et vice-ministre de la Défense nationale, Ahmed Gaïd Salah a prononcé un discours en marge de sa visite à la 2ème Région militaire à Oran ce lundi. Rien de nouveau n’apparaît dans cette allocution. Le patron de l’armée insiste toujours sur la tenue d’une élection présidentielle dans les plus brefs délais et continue d’attaquer les partisans de la solution politique passant par une période de transition. Dans de précédents discours, il avait qualifié de « diktats », les préalables exprimés par des personnalités qui étaient prêtent pour dialoguer. Dans le discours d’aujourd’hui, il parle de « conditions irréalisables et des exigences rejetées », tout en refusant le principe de négociation.

Selon Ahmed Gaïd Salah, « Ces élections seront une véritable opportunité pour accomplir la volonté populaire et la traduire concrètement à travers l’élection d’un Président de la République qui jouira de la légitimité requise et de la confiance du peuple, qui insiste sur cette exigence et sur sa position immuable quant à la préparation et le déroulement des élections présidentielles, dans les plus brefs délais ».

Il souligne en suite, « l’impératif d’accélérer le processus d’installation de l’instance nationale indépendante pour la préparation, l’organisation et la surveillance des élections présidentielles », qui selon lui,  « représente une garantie essentielle pour surpasser la situation actuelle ».

Le général a, ensuite, porté de graves accusations à l’encontre des partisans de la solution politique passant par une période de transition. À son sens, il faut absolument « éviter toutes les phases de transition dont les conséquences sont périlleuses, clamées par certaines parties qui n’ont d’autres objectifs que l’aboutissement de leurs intérêts étroits et ceux de leurs maitres ; des parties qui commencent à être démasquées, et nous avons des informations confirmées de leur implication, et que nous dévoilerons au moment opportun ».

Et de continuer en soulignant que « (…) malheureusement, au moment où les fidèles et sincères enfants de cette patrie appellent à poursuivre la consolidation de la cohésion nationale et multiplient les efforts en privilégiant l’intérêt suprême de la nation, quelques voix fourbes dont les intentions malveillantes sont bien connues, ayant vendu leurs âmes pour servir les intérêts de la bande et ceux de leurs maîtres, œuvrent par tous les moyens possibles à entraver le travail de l’instance nationale de la médiation et du dialogue.

Ils tentent notamment d’imposer des conditions irréalisables et des exigences rejetées dans leur totalité, notamment en faisant la promotion de l’idée de la négociation au lieu du dialogue et de la désignation plutôt que l’élection, usant de manœuvres flagrantes en portant l’attention sur des questions marginales et sans aucun intérêt, outre la tentative de diffuser des idées sombres qui condamnent le futur Président et lui imposent des agendas préétablis, et c’est là une pratique inacceptable, car incompatible avec les dispositions de la Constitution qui est claire dans ce domaine, et qui limitent les prérogatives du Président élu, en dépit du fait que suite à son élection, il aura obtenu la légitimité de l’urne et jouira de la confiance du peuple qui l’a choisi sur la base d’un programme défini. Toutes ces manigances visent à perturber le processus du dialogue et de l’orienter pour servir les intérêts personnels de la bande. », a-t-il proféré.

En parallèle, Ahmed Gaïd Salah a apporté un soutien marqué au panel du dialogue de Karim Younes, en soulignant « les résultats encourageants ».

« Je tiens à saluer les efforts patriotiques et sincères consentis par l’instance nationale de la médiation et du dialogue, et je valorise les résultats encourageants réalisés en si peu de temps », a-t-il dit.

Cliquez ici pour lire l’intégralité du discours sur le site internet du MDN.