L’ex-ministre de la Santé Abdelmalek Boudiaf comparait, en ce moment même, devant le conseiller enquêteur près la Cour suprême.

Avant d’être désigné à la tête du ministère de la Santé (entre 2013 et 2017), Abdelmalek Boudiaf avait wali de Constantine et d’Oran.

Le très controversé ex-ministre fait actuellement l’objet d’une enquête relative à des faits de corruption.

On retient du personnage son passage désastreux à la tête du ministère de la Santé et ses sorties médiatiques fantasques. « Les hôpitaux algériens sont beaucoup plus développés que les hôpitaux américains », disait-il !

Le tristement célèbre traîne également derrière lui la casserole du scandale RHB – rahmat Rabbi. Une arnaque vendue sous la forme d’un remède miracle contre le diabète et qui avait fait de l’Algérie la risée du monde. Abdelmalek Boudiaf s’était personnellement impliqué dans l’opération marketing de ce produit qui, par la suite, avait été interdit de commercialisation !

Sur les réseaux sociaux, les Algériens jubilent à l’idée qu’il puisse rejoindre ses acolytes à El Harrach.