Elle avait été interpellée lors de la marche de vendredi dernier pour « possession de l’étendard Amazigh », la militante de l’association Rassemblement – Action – Jeunesse (RAJ), Sabrina Malek, vient d’être relachée.

La mobilisation a encore payé. Sabrina Malek vient d’être libérée. Un rassemblement de soutien s’est tenu devant le tribunal de Sidi M’Hamed à Alger, où la militante devait être présentée devant le procureur de la République.

Selon l’avocate Aouiche Bekhti, Sabrina « n’a même pas été présentée devant le procureur (…) ils nous ont juste annoncé qu’elle est libre ».