Plusieurs villes algériennes, parmi lesquelles la capitale, sont touchées. Le ministère de la Santé a communiqué à ce sujet, en appelant les Algériens à adopter des réflexes qui permettraient de lutter efficacement contre sa prolifération et empêcher l’introduction de virus.

Le ministère de la Santé a souligné que pour l’instant, aucune maladie transmissible n’a été contractée ni constatée.

Bien que le plan de communication reste assez timide, le même département a appelé les Algériens à modifier leur comportement afin de lutter contre la prolifération de l’insecte. « En adoptant des gestes simples il est possible de contribuer à lutter contre la prolifération du moustique tigre et empêcher l’introduction de virus ».

Il faut donc veiller à supprimer les eaux stagnantes  favorisant la reproduction des moustiques, à changer régulièrement l’eau des vases, à vérifier le bon écoulement des gouttières et à supprimer les pneus usagés et autres objets pouvant s’emplir d’eau où pourraient se développer les larves de moustiques.

Un dispositif de surveillance et de lutte contre les arboviroses (maladies virales transmises par le moustique tigre) va être mis en œuvre à travers les 48 directions sanitaires du pays, ajoute le ministère de la Santé.

Il est également indiqué que, dès 2013, un comité d’experts chargé de la prévention et de la lutte contre les arboviroses, a été installé pour assurer une veille sanitaire destinée à évaluer les risques, la prévention et la lutte contre les arboviroses.

En cas de réaction importante aux piqûres de moustiques, le ministère invité les personnes qui ont en été victimes de se rapprocher du centre de santé le plus proche.

Le ministère de la Santé signale que le  moustique tigre peut, dans certains cas, transmettre des maladies telles que la dengue, le chikungunya ou le zika.

Détecté pour la première fois, en 2010, le moustique tigre s’est progressivement implanté dans les wilayas du Nord où il s’est adapté à l’environnement.

Le moustique-tigre est une espèce d’insectes originaire d’Asie du sud-est. C’est l’une des cent espèces les plus invasives au monde, étant actuellement présente dans 100 pays sur les cinq continents.