Groupe média Le Temps Nouveau / Une mise au pas qui fait face à de la résistance

0
2898

Le quotidien Le temps a disparu des kiosques depuis mercredi dernier. Pour cause, un conflit entre la direction et les salariés qui dénoncent une opération de mise au pas et de musellement. Quatre journalistes ont été suspendus et le directeur du groupe, Mouloud Louaili, fait la sourde oreille et rejette tout dialogue.   

Le groupe Le Temps Nouveau est dans l’impasse. En plus des difficultés financières, la direction s’est enlisée dans un conflit avec ses salariés au nombre de 70, qui se sont solidarisés avec quatre de leurs collègues journalistes suspendus pour avoir dénoncé la censure, la manipulation de l’information et le musellement.

Des sources concordantes ont indiqué que des représentants ont été désignés par les salariés pour amorcer un dialogue avec la direction afin de faire lever les mesures de sanctions infligées au journaliste Aissa Moussi, du rédacteur en chef Saïd Mekla, ainsi qu’aux journalistes Mohand Ameur Abdelkader et Fella Hamissi. Mouloud Louaili a refusé de les recevoir. Ce dernier a demandé de lui transmettre les revendications par écrit.

En réaction à cette attitude jugée de « méprisante », les 70 salariés du quotidien, dont des journalistes et des techniciens, ont envahi le bureau du directeur.

À l’origine de cette crise, un post Facebook du journaliste Aissa Moussi. Ce dernier s’était démarqué de la couverture et du contenu du journal «qui ne reflètent aucunement la réalité du terrain. Une honteuse orientation dictée par les nouveaux maîtres du moment au Groupe Média Temps Nouveaux. J’ai, durant des semaines, subi la censure», avait-il écrit.

À la suite de ce post, quatre journalistes, dont Aissa Moussi ont été suspendus.