Pour avoir dénoncé la censure et la désinformation / Un journaliste du quotidien Le Temps d’Algérie suspendu

0
3709

Aissa Moussi, journaliste du quotidien Le Temps d’Algérie, a été suspendu hier mardi, par la direction du groupe Média Le Temps Nouveaux, pour avoir dénoncé la censure et la désinformation. La presse vit l’un de ses pires instants !    

Dans un post Facebook, il avait écrit : « En tant que journaliste de ce média (Le Temps d’Algérie), je me démarque d’une telle couverture voire même du contenu qui ne reflètent aucunement la réalité du terrain. Une honteuse orientation dictée par les nouveaux maitres du moment au Groupe Média Temps Nouveaux. J’ai, durant des semaines, subi la censure».

À son arrivée à la rédaction hier, il a été sommé de répondre à un questionnaire. La direction souligne un « comportement préjudiciable à l’image et renom de l’entreprise ».

Le journaliste a été sommé de quitter la rédaction jusqu’à sa convocation pour un conseil de discipline chose qu’il a refusé.

Témoins des faits, ses collègues ont pris sa défense. Eux aussi ont aussi été invités à répondre à un questionnaire sur leur « comportement ». Ils ont tous fini par subir des mesures de sanction.

Ces derniers temps, les médias algériens, qu’ils soient publics ou privés, subissent une tentative de mise au pas. Plusieurs d’entre eux ont abdiqué au premier coup de semonce, alors que d’autres essayent tant bien que mal de résister. Seuls la presse électronique et certains quotidiens indépendants, qui sont restés fidèles à leur ligne éditoriale refusent catégoriquement de plier.