Son procès a eu lieu hier / Hadj Ghermoul écope d’une peine de 18 mois de prison ferme !

0
2660
Encre rouge sur index gauche. Prélèvement d’emprunte sur PV de police

Hadj Ghermoul encore une fois jeté en prison. Le tribunal de Mascara a retenu une peine de 18 mois de prison ferme à l’encontre du militant.

Poursuivi par la wilaya de Mascara pour « incitation à attroupement et manifestation », Hadj Gharmoul a écopé d’une peine de 18 mois de prison ferme, assortie de deux amendes : la première (200 000 DA) devra être versée à la partie civile et la seconde est une amende prononcée par le juge (30 000 DA).

Le jeune âgé de 37 ans, père de famille et chômeur, est poursuivi dans trois affaires liées au Hirak. L’acharnement judiciaire et policier dont il fait l’objet est principalement dû à son statut de militant ayant acquis une certaine célébrité après son séjour en prison pour avoir brandi une pancarte, en janvier dernier, sur laquelle était inscrit : « non au cinquième mandat ».

Sorti en juillet, Ghermoul rejoint le Hirak. Militant engagé au sein de la Coordination nationale pour la défense des droits des chômeurs (CNDDC) et membre actif de la Ligue algérienne de défense des droits de l’homme (LADDH), il n’a cessé de sillonner les wilayas pour participer aux manifestations. Il insistait toujours sur la nécessité de maintenir le mouvement.

« Je n’ai certes pas un niveau d’instruction très élevé, mais j’ai toujours été conscient que tous nos problèmes sont liés au régime et à sa politique désastreuse », disait-il à chaque fois qu’il en avait l’occasion.