Il fait déjà l’objet de graves accusations / De nouvelles charges contre Djamel Ould Abbès

0
3634

Certains de ses anciens collaborateurs ont témoigné et fait des déclarations devant la justice. Poursuivi pour «conclusion de contrats de marché contraires à la législation, d’abus de fonction et de falsification de documents officiels». Djamel Ould Abbès devra rendre des comptes devant la justice qui lui a notifié une nouvelle accusation : celle de « dilapidation de deniers publics ».

L’ancien ministre de la Solidarité nationale et de la Famille et ex-secrétaire général du Front de libération nationale (FLN), Djamel Ould Abbes (placé sous mandat de dépôt à la prison d’El Harrach depuis le 8 juillet dernier) a été entendu, hier, par le juge d’instruction près la Cour suprême dans diverses affaires remontant à l’époque où il était à la tête du ministère de la Solidarité.

Ould Abbès est accusé d’avoir conclu des contrats de marché contraires à la législation, d’abus de fonction et de falsification de documents officiels. À cela vient s’ajouter une nouvelle accusation retenue suite à des témoignages et des déclarations faites par certains de ses anciens collaborateurs. Celle de dilapidation de deniers publics.

Djamel Ould Abbes est accusé d’avoir détourné plus de 700 milliards de centimes, entre 2001 et 2016. Au total, 21 autres personnes, dont l’ancien secrétaire général du ministère de la Solidarité et de la Famille, ainsi que de hauts cadres du même ministère, des directeurs centraux et des présidents d’associations auraient indûment bénéficié de cet argent. Cette somme colossale était destinée aux personnes défavorisées vivant dans des conditions précaires et les personnes aux besoins spécifiques.