Procès en appel d’Ouyahia et de Sellal / Le parquet requiert 20 ans de prison ferme

0
1094

Aujourd’hui se tient le procès en appel des anciens premiers ministres Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, ainsi que nombre d’autres responsables impliqués dans le scandale des usines de montages automobile et le financement occulte de la campagne pour le 5e mandat. Le procureur général près la Cour d’Alger a requis jeudi 20 ans de prison.

Pour le cinquième jour consécutif, plusieurs anciens hauts responsables dont les deux anciens premiers ministres Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal comparaissent devant le juge dans le cadre de leur procès en appel.

Ce jeudi, le procureur général près la Cour d’Alger a requis 20 ans de prison à l’encontre des deux anciens Premiers ministres dans les deux affaires liées aux usines de montage automobile et au financement occulte de la campagne électorale du président déchu Abdelaziz Bouteflika.

Le parquet a également requis des peines oscillant entre trois et quinze années de prison pour les autres responsables impliqués dans cette affaire. 15 années de prison ont été requises à l’encontre des anciens ministres de l’Industrie Youcef Yousfi et Mahdjoub Bedda. Dix années contre Abdelghani Zaalane et l’ancien wali de Boumerdes, Yamina Zerhouni. Huit ans à l’encontre des membres de la commission technique, ainsi que l’homme d’affaire Hassan Larbaoui et dix années à l’encontre d’Ali Haddad, Mohamed Bairi, Ahmed Mazouz, et Hadj Said.

Concernant le directeur financier de la campagne électorale de Bouteflika, le procureur a requis, cinq ans de prison.

Le fils d’Abdelmalek Sellal, Fares, risque une peine de prison de cinq  ans.

Le parquet a également réclamé la confiscation des biens et fonds saisis,  l’interdiction de l’exercice des droits politiques et l’interdiction aux entreprises, de bénéficier des marchés publics durant trois années.