Des députés ont introduit, ce jeudi, un projet de loi portant criminalisation de la normalisation Israël. Cette initiative vise, selon ses initiateurs, à consolider la position historique de l’Algérie vis-à-vis de la question palestinienne.

« Cette initiative vise également à renforcer et à unifier le front intérieur, qui s’attache au rejet de toutes les formes d’occupation et d’agression », a rapporté Sabqpress, qui dit détenir une copie de ce projet de loi.

Les dispositions de ce projet de loi interdisent tout contact ou relation avec Israël. Il « interdit d’ouvrir des bureaux de représentation de toute nature et à tout niveau avec l’entité sioniste, directement ou indirectement ».

Celui-ci interdit également tout accord, entre les individus, qu’il soit direct ou indirect.  Il est également interdit aux Algériens de participer à des activités avec Israël.

Les internautes algériens et les utilisateurs des moyens de communication électroniques sont « interdits de conclure des accords ou des contrats avec des sites et services électroniques établis ou affiliés à l’entité sioniste, ou des entreprises complices et soutenant l’occupation ».

Le projet de loi inclut également une motion de censure. Le texte projette de bloquer l’accès aux sites internet israéliens.