Réagissant aux nombreuses voix qui dénoncent depuis déjà quelques semaines une hausse vertigineuse des prix de certains produits alimentaires,  le président de l’Association nationale des commerçants et des artisans (ANCA), El Hadj Tahar Boulenouar estime que « les prix pratiqués actuellement ne peuvent être considérés comme élevés ».

« Comparés à le même période de l’année précédente, les prix sont stables, voire en baisse », a-t-il dit en marge d’une conférence de presse ce jeudi à Alger.

L’intervenant explique qu’« il faut savoir que la demande sur les légumes secs baisse en début d’année. Celle-ci connaît des pics en septembre et octobre », a-t-il ajouté.

Concernant le sucre destiné au consommateur lambda, M Boulenouar a expliqué que ce produit ne peut absolument pas connaitre de hausse du prix, puis ce dernier est fixé par l’État à 90 DA.  En revanche, « le prix du sucre destiné à la transformation est libre», a-t-il expliqué.

Concernant la dernière augmentation pratiquée au prix du sucre destiné aux industries agroalimentaires, il a dit que le contact a été établi avec les industriels, pour leur demander de réduire la quantité de sucre dans leurs produits afin de ne pas procéder à des augmentations de prix.