Previously, ou « parce qu’il faut beaucoup de clichés pour faire une belle photo »

ça s’interroge, ça se questionne

Kaddour, face à sa cheminée, regarde ses petites poupées russes. La forme, les joues fortement blushées, le foulard et surtout la petite mèche qui en sort, ne lui rappellent que trop sa pro -chainement-mise… voir une réplique grandeur nature de ses petites poupées, relève pratiquement de l’X-files, sans toutefois aucune vision X de la fille…

Il les jette ! non mais, il ne va pas s’enterrer vivant ! lui qui a été toute sa vie un prud’homme, mais qui rêvait à celle qui fera de lui un homme pas prude. ..mais en toute halalité.…enfin peut être pas …

Allez c’est Satan qui joue avec tes pensées ! on revient vite vers le droit chemin, on appelle la Lounja…au son du « halou(allo!) ? », il raccroche, trop c’est trop ! il envoie un texto, désolé pas de réseau.

Et là, Satan tout content, s’amuse à lui faire développer des idées (ah Satan et son nez crochu et ses deux cornes) : tu la vois toi ? Lounja en France ? ne sachant même pas lire une notice pour soigner le bébé ? apprenant aux gosses le langage blédique (du beld)? ils vireront rapidement vers des wech wech ? tu l’emmèneras à Lafayette qu’elle préférera Tati, croyant que c’est plus tendance? et lorsque la boite fera une réception où on te demandera de ramener ta femme ? qui ne saura même pas faire la différence entre une crevette et une sauterelle rose ?

(faisons un petit saut 10 ans en arrière, au débarquement à rouassy (Roissy) d’un jeune moustachu, aux cheveux gelgélisés (trop de gel), qui, en attendant le erouar (RER) a donné à la France une baraka jaune bucco-nasale sortie du fin fond de son torse, accompagné d’un cri de joie tout aussi finfondtorsique, sous le regard vomitif, plaintif, et très repar-dou-tu-vientif de quelques vieilles…souriantes, je précise).

Il appellera Oum Kaddour une semaine plus tard « la préf a rejeté le dossier ». Avec des « na3al bou frança el kelba » (insulte intraduisible), elle voit son eldorado médicamenteux s’écrouler. Prise d’une crise de tansiou, elle va chez le toubib, avec une tonne de « aie j’ai mal là », et plus elle pense aux files d’attentes pour essourannse (l’assurance), plus elle a mal…

Lounja prend 20 kg, ce qui n’est pas sans charmer wlid el bouchi (le fils du boucher)…

Et nos deux héros, mal préparés, mais déterminés, se décident pour une fois à sortir de leur trou …
Ils ont beaucoup de volonté pour « rester dans le droit chemin », après tout ils ne cherchent que le halal et le mariage, mais tout en se faisant plaisir ….
vont-ils réussir, en ne succombant ni au Satan local, ni aux exigences moyenâgeuses de leur société natale …????

A suivre…

Article précédentIl y a quelque chose de pourri au royaume des sites d’information
Article suivantPrésidentielle : On veut juste un footing !