carburant essence algérie

Pénurie de carburant, conflit avec le Maroc et trafic aux frontières : les régions frontalières de l’Algérie connaissent des trafics de tous genres. Mais la contrebande est apparemment plus forte que tous. Notamment dans les produits pétroliers.

Les chiffres que vient de donner le ministre de l’Intérieur et des collectivités  locales ont de quoi choquer. M. Daho Ould Kablia, a indiqué dimanche à Ain Defla que 25% de la production  nationale de carburant « est gaspillée et exportée illégalement » aux frontières. Le gouvernement a tenu récemment une réunion interministérielle pour  examiner la pénurie de carburant dans les wilayas frontalières, a souligné M.  Ould Kablia dans une conférence de presse animée aux côtés du ministre  du Commerce, M. Mustapha Benbada, selon l’APS.

Il a précisé à ce propos, que lors de cette réunion, des mesures ont  été arrêtées dont sécuritaires pour contrecarrer les contrebandiers, estimant que le phénomène de contrebande de carburant « est désormais un problème tant sécuritaire qu’économique ».

Entre autres mesures importantes prises, figurent la saisie de tous  les moyens de contrebande du carburant, des biens des contrebandiers et d’autres  mesures au niveau des stations Naftal, ajoutant que la wilaya de Tlemcen consomme  plus de carburant qu’Alger».

MM. Ould Kablia et Benbada effectuent une visite dans la wilaya d’Ain-Defla lors de laquelle ils procèderont à l’inauguration de marchés couverts  de proximité.

Plusieurs wilayates du pays, notamment à l’Ouest, ont connu de graves pénuries de carburants. D’interminables chaines se formet devant les stations services. Des wilaya de l’est et du Centre sont également touchées ces derniers jours.

E. W.

Article précédentLe Hamas Palestinien appelle au Djihad en Egypte
Article suivantRamadhan 2013 à Alger : Nouvelle ambiance sous le chapiteau du Hilton