Le Sud n’est pas la seule région du pays par laquelle transitent les armes. Les frontières Est sont également un vrai danger pour le pays.

Les gendarmes gardes-frontières de certaines wilayas de l’Est du pays ont fait une véritable prise. Ils ont récupéré, selon le journal El-Khabar, 30 armes de guerre ces derniers jours.  Ces armes ont été cachées près de la frontière algéro-tunisienne, précise le journal qui fait état d’un minutieux travail de renseignement effectué dans les wilayates de Annaba et Souk-Ahras.

Plusieurs personnes, composant un groupe de soutien aux terroristes, ont été arrêtées. Deux Tunisiens font partie de la bande. Le trafic d’armes devient de plus important et surtout inquiétant. En effet, l’instabilité et l’insécurité en Tunisie font de ce pays un moyen de transit pour toutes les armes qui circulent en Libye. Des armes qui se retrouvent entre les mains d’Algériens, qui banalisent ce trafic dans le pays.  Au cours du mois de février dernier c’est tout un réseau de trafiquants qui a été démantelé dans la wilaya d’El Bayadh. Il vendait armes et munitions sur tout le territoire national. Et ce n’est qu’un exemple parmi tant, car en 2012 la Gendarmerie Nationale a recensé au moins 1475 affaires de trafic d’armes dans tout le pays.

E. W.