blankLe feuilleton de la licence de téléphonie mobile de 3ème génération (3G) continue de défrayer la chronique en Algérie. En effet, le ministre de la Poste et  des Technologies de l’information et de la communication, M. Moussa Benhamadi vient de remettre aujourd’hui dimanche une nouvelle couche. Dans une déclaration sur les ondes de la radio nationale Chaîne I, le ministre a précisé ce dimanche que l’attribution officielle de la licence de la 3ème génération aux trois opérateurs existant sur le marché national de la téléphonie mobile  ne sera effective qu’après le règlement définitif du dossier de l’opérateur Orascom Télécom Algérie (OTA), connu sous le nom commercial Djezzy.

Le représentant du gouvernement  a justifié ce énième report, qui ne dit pas son nom, par le fait que  son homologue chargé du département des Finances M. Karim Djoudi est en train de régler le dossier de l’évaluation de Djezzy. Une fois réglé, ses services du département ministériel reprendront, indiquera M. Benhamadi, le processus du lancement du service de la 3èmegénération.

Alors que  le ministre des Finances, M. Karim Djoudi  avait auparavant annoncé l’achèvement de l’évaluation de Djezzy, tout en soulignant que les négociations entre son département et le propriétaire majoritaire d’OTA, le russo-norvégien Vimpelcom, se poursuivent pour arriver à un accord sur la valeur de la transaction.

Rappelons que Vimpelcom avait racheté en mars 2011 le groupe italien Wind Telecom qui détenait 51% d’OTH (Orascom Télécom Holding), propriétaire majoritaire d’OTA.  Le groupe russo-norvégien a donné son accord pour céder la majorité du capital de Djezzy sous réserve d’un prix « acceptable». Néanmoins, le ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication rappellera encore  que les négociations concernant le dossier Djezzy devront s’achever dans les prochaines semaines, avec le propriétaire le russo-norvégien Vimpelcom.

Plus loin, M .Benhamadi fera savoir que les préparatifs liés à l’élaboration du cahier de charges relatif au lancement de la 3G ont débuté en décembre dernier. Cela étant, le ministre a exclu l’entrée en Algérie d’un quatrième  opérateur de téléphonie mobile, et c’est uniquement les trois opérateurs actuels couvrant les besoins du marché national qui postuleront pour la licence. Autrement dit, chaque opérateur de téléphonie mobile présent en Algérie aura son autorisation d’exploitation. Reste à savoir si le processus de la  3G sera-t-il lancé dans les délais impartis par les pouvoirs publics, d’autant que le ministre de la Poste et  des Technologies de l’information et de la communication lui-même avait déclaré en décembre dernier que « L’appel d’offres pour l’exploitation de la licence de téléphonie mobile de 3ème génération (3G) sera lancé avant la fin du 1er semestre 2012».

Ce  suspense  prolongé par Moussa  Benhamadi qui pénalise évidemment un marché dépassant les 30 millions de téléphones mobiles, exploités par plus de 25 millions d’algériens, sous entend des zones d’ombres entourant  ce dossier.

Yahia Lotfi

Article précédentLes Algériens découvrent la TNT
Article suivantUne grogne sans précédent gagne le FLN : Belkhadem prêt à démissionner