La Banque extérieure d’Algérie (BEA) compte lancer, avant la fin de l’année, une société de leasing et une autre de capital investissement en partenariat avec des groupes financiers de renommé internationale, a annoncé dimanche à Alger le PDG de la BEA, Mohamed Loukal. «Les deux nouvelles filiales se veulent un appui aux PME et au lancement de la banque-assurance en Algérie», a indiqué M. Loukal lors d’une conférence de presse consacrée à la présentation du bilan de sa banque pour l’année 2008.

Le PDG de la BEA, qui n’a pas décliné l’identité de ces groupes financiers, a affirmé que sa banque sera détentrice de 51% du capital dans les deux filiales, et ce en vertu de la réglementation algérienne en vigueur. Selon M. Loukal le leasing permet notamment aux PME de louer les équipements et matériels nécessaires à leur développement sur financement de la banque, alors que le capital investissement consiste à financer, pour une durée maximale de cinq années, des projets à valeur ajoutée.

Il a relevé, par ailleurs, que le produit net bancaire (chiffre d’affaires) de la BEA a atteint 48,5 milliards de dinars en 2008, soit une augmentation de 42% par rapport à l’année précédente. Le total bilan de 2008, estimé à 2.379 milliards de dinars (plus de 33,4 milliards de dollars) a enregistré, pour sa part, une hausse de 12% en comparaison avec celui de l’année 2007, a-t-il ajouté. En 2008, la BEA a également enregistré des bénéfices nets en progression de 35,5% par rapport à l’exercice précédent, atteignant ainsi 22,4 milliards de dinars, ajoute M. Loukal qui incombe ces comptes positifs notamment à la stratégie de modernisation, de redressement de diversification des ressources adoptée par la banque au cours des dernières.
*********
Les crédits en hausse de 28%
******
Les crédits accordés par la BEA à ses clients s’élevaient en 2008 à 866 milliards de dinars, en hausse de 28% par rapport à 2007. Les rapatriements réalisés par le canal de la BEA au titre des recettes d’hydrocarbures, sont évalués à 74,8 milliards de dollars en 2008.

Ce résultat renseigne, a-t-il dit, sur l’importance de l’activité de la BEA et de son développement au cours de l’année 2008 et la hisse ainsi au premier rang sur les plans national, régional et continental. Il a estimé que la bonne santé financière dont jouit la BEA, et sa dynamique de croissance observée au titre de l’exercice 2008, prouvent «sa réussite à se protéger des effets de la crise économique et financière internationale».

Concernant la contribution de son établissement dans la lutte contre le blanchiment d’argent, M. Loukal, a relevé la création d’une structure au sein de la BEA chargée d’étudier le profil de chaque client et de vérifier l’origine de ses ressources financières.

Il a fait savoir, dans ce contexte, que plus d’une quinzaine de cas suspects avaient été signalés en 2008. S’agissant de la formation, M. Loukal a indiqué que l’école, ouverte par la BEA vers la fin de l’année passée, a encadré jusqu’à présent plus de 1.800 banquiers et 18 jeunes promoteurs ayant bénéficié des crédits dans le cadre du dispositif ANSEJ.

Avec Le Financier

Article précédentL’inflation atteint 4,8% : Le pouvoir d’achat des Algériens mis à rude épreuve
Article suivantGB: un Français de 39 ans inculpé d'aide à l'immigration illégale