Le ridicule de la justice algérienne a dépassé toutes les limites. A Oran, le verdict qui a été rendu par la tribunal de Gdyel a soulevé l’indignation générale. Un violeur âgé de 50 ans a été condamné uniquement à deux ans de prison ferme alors qu’il a agressé sexuellement une fillette âgée d’à peine de 8 ans. 

Deux ans de prison pour avoir abusé sexuellement d’une petite fille dont l’innocence a été meurtrie et qui risque de ne jamais pouvoir se relever de ce traumatisme ! Ce verdict résume parfaitement toute la clairvoyance de la justice algérienne qui ne cesse de défrayer la chronique par son incapacité à traiter les fléaux les plus abjects. La famille da la victime, ses proches, ses voisins, les parents de ses camarades à l’école, ont tous exprimé leur colère.  » Ce violeur va s’en sortir au bout de deux ans pour récidiver ! Comment est-ce possible ? », se sont interrogés de nombreux citoyens oranais qui ont appelé les autorités judiciaires à revoir ce verdict dans les plus brefs délais.

« En Algérie, on prend 7 ans de prison ferme pour contrebande de carburant, mais pour viol et agression sexuelle sur enfant, on écope uniquement de deux ans ! C’est tout simplement insensé et insultant à l’égard de la victime et sa famille », s’indignent d’autres habitants de Gdyel qui ont assisté à ce procès unique en son genre. Et pourtant, la petite fille a tout raconté devant les juges. Elle a expliqué dans les détails comment cet homme s’est approché de son établissement scolaire pour l’obliger à le suivre jusqu’à sa maison où il n’a pas hésité à abuser d’elle sexuellement.

La pauvre fillette a pu trouver la force pour décrire les actes infâmes commis par ce violeur pour satisfaire ses bas instincts. Mais malgré cela, le juge du tribunal de Gdyel a prononcé une condamnation de deux ans de prison ferme. Une peine ridicule qui a choqué plus d’un dans la salle d’audience. « Ce verdict est un scandale. La législation pénale en Algérie est très stricte à ce propos. L’article 336 du code pénal algérien impose une peine de 10 à 20 ans de prison pour les viols et tentatives de viols sur mineurs âgés de moins de 16 ans », nous explique en dernier lieu un avocat inscrit au barreau d’Alger.

Article précédentLe général Hassan, un haut gradé du DRS, avait été privé d’électricité et de gaz « pour le pousser à déménager »
Article suivantLe top 5 des rumeurs les plus folles autour de la présidentielle de 2014