Renault Algérie est au coeur d’un grave scandale qui risque d’entacher dangereusement sa réputation. L’un de ses agents agréés, Sid Auto Blida, classé comme étant son 4e vendeur de véhicules à travers le pays, a commis de graves malversations qui ont fait des dizaines de victimes. Plus de 80 clients ont versé en cash des sommes conséquentes pour commander des véhicules neufs. Or, ces véhicules ne sont jamais arrivés et le propriétaire de cette concession automobile basée à Blida a pris la poudre d’escampette, a-t-on appris de plusieurs sources proches de ce dossier. 

L’addition est, tout de même, très salée : pas moins de 800 millions de Da, à savoir près de 7 millions d’euros, ont été détournés, nous révèlent des employés de Sid Auto Blida qui se retrouvent aujourd’hui livrés à eux-mêmes depuis l’éclatement du scandale. En plus des 80 clients qui ont versé, pour chacun d’entre-eux, des sommes dépassant le million de dinars pour commander des véhicules neufs, pas moins de 70 employés se retrouvent aussi sans salaires et sans aucune prise en charge administrative depuis près de 3 mois.

Mohammed El-Hadi, le propriétaire de Sid Auto Blida, s’est enfui à l’étranger sans fournir la moindre explication à ses employés. Son propre père s’était présenté dans les bureaux  de Sid Auto Blida pour confier aux employés qu’il désapprouvait lui-même les agissements de son fils qui a disparu abandonnant tout derrière lui. Mais ce dernier a-t-il réellement détourné à lui-seul toutes les sommes versées par les clients ? Il demeure difficile, à ce stade, de répondre à cette question car il y a encore plusieurs zones d’ombre dans cette affaire. La direction générale de Renault Algérie a refusé, d’ailleurs, de recevoir les employés infortunés de Sid Auto Blida pour leur fournir des informations. Ces derniers déplorent le silence mystérieux des hauts responsables de la marque française en Algérie. « Sid Auto Blida disposait d’un contrat en bonne et due forme avec Renault Algérie. Ce contrat lui a été renouvelé en janvier dernier. Et pourtant, les échanges, rapports commerciaux et livraisons de véhicules neufs sont suspendus depuis près de trois mois. Personne n’a voulu nous expliquer les tenants et aboutissants de cette situation kafkaïenne.  Si Renault Algérie avait découvert des malversations, pourquoi n’a-t-elle pas prévenu les clients et les employés ? », s’interroge enfin un des employés de Sid Auto Blida. Une interrogation qui relance les soupçons sur les rapports qu’entretiennent les concessionnaires automobiles algériens avec les constructeurs étrangers. Et le ministère de l’Industrie dans cette affaire  n’a pas pipé mot…

Article précédentDevise/1 euro pourrait bientôt valoir 300 Da
Article suivantTriche au Baccalauréat/Ce que vous risquez en 2016