La colère populaire bat son plein à Ouargla et dans les autres régions du sud du pays. Les récentes déclarations du Premier Ministre, Abdelmalek Sellal à propos du sentiment séparatiste qui menace l’unité nationale, la répression, les arrestations arbitraires et les poursuites judiciaires lancées à l’encontre des chômeurs qui militent sur le terrain pour défendre leurs droits sociaux,  ont fini par provoquer l’indignation de la population locale.

Dans ce contexte, la société civile a décidé de se mobiliser pour organiser une grande marche populaire à Ouargla afin de réclamer haut et fort la démission du Gouvernement Sellal, un gouvernement accusé de tous les maux au sud du pays. Une marche à travers laquelle les habitants du sud vont clamer leur attachement à l’unité nationale et leur amour pour la patrie afin de démentir les déclarations du Premier Ministre, Abdelmalek Sellal, lequel est accusé de vouloir mettre de l’huile sur le feu en révélant de fausses informations. « Nous sommes des Algériens, nous aimons notre pays et nous le défendrons. Le régime veut détourner l’attention des algériens en leur vendant des menaces qui n’existent pas. Ici, au sud, personne ne souhaite l’indépendance ou l’autonomie. En revanche, nous réclamons nos droits sociaux et notre part des richesses nationales. Nous n’acceptons plus les discriminations », confie, pour sa part,  Tahar Belabès, porte-parole du Comité national de défense des droits des chômeurs (CNDDC), dans une déclaration à Algérie-Focus. Notre Interlocuteur figure parmi les organisateurs de cette marche populaire qui aura lieu le 14 mars prochain à Ouargla.

« Nous espérons organiser une grande marche pour dire à Monsieur Sellal : Dégagez ! Il nous a méprisé avec ces déclarations fallacieuses. C’est lui qui tente de semer la zizanie entre le nord et le sud du pays. En plus, son gouvernement encourage la Hogra et ne fait absolument rien pour la jeunesse et la population du sud », explique encore Tahar Belabès selon lequel des partis politiques, à l’image du FFS, ont affiché leur volonté de participer également à cette marche pacifique. Selon les précisions fournies par notre interlocuteur, une réunion de travail se tient en ce moment à Laghouat pour préparer cette grande marche.  Les chômeurs et d’autres acteurs de la société civile envisagent aussi d’occuper une importante place publique au centre d’Ouargla pour y organiser un grand rassemblement en signe de protestation contre la mauvaise gouvernance dont est victime le Sud…