Abdelmalek Sellal : « Béjaïa doit retrouver son statut de locomotive économique »

    0
    Advertisement

    Redouté au vu de la tension sociale qui règne dans la wilaya, le déplacement du Premier ministre s’est déroulé dans de très bonnes conditions suscitant davantage d’espoir.

    Une sorte de mise au point. La visite du Premier ministre Abdelmalek Sellal à Béjaïa s’inscrit dans la cadre de l’examen de l’état d’avancement du programme du président de la République. En mobilisant une délégation forte de sept ministres et en procédant au lancement de nombreux projets structurants, l’hôte de la ville des Hammadites a apporté un cinglant démenti aux propos colportés ça et là et selon lesquels Bejaïa est abandonnée par le pouvoir central.

    Il met fin également à toute la suspicion née autour des projets dont la région est dotée et qui accusent un retard dans l’exécution. Sans le dire, les nombreuses haltes effectuées sur le territoire de la wilaya n’ont de valeur que d’illustrer la volonté des pouvoirs publics de mettre à niveau cette région reconnaissant, par voie de conséquence, tout le retard qu’elle accuse. «Béjaïa doit retrouver son statut de locomotive économique», indique le ministre de l’Intérieur Ould Kablia. Redouté au vu de la tension sociale qui règne dans la wilaya, le déplacement du Premier ministre s’est déroulé dans de très bonnes conditions suscitant davantage d’espoir. C’est officiel, la pénétrante autoroutière reliant Béjaïa à l’autoroute Est-Ouest est une réalité.

    La symbolique du lancement des travaux a eu lieu hier en présence de nombreux citoyens venus, qui par curiosité, qui pour saluer la délégation, qui pour mettre en valeur un souci. Ces derniers ne sont autres que les propriétaires des terrains traversés par la pénétrante. «Oui, pour la pénétrante, non au bradage de nos terres et maisons». Conscient qu’ils vont, à coup sûr, être expropriés, ils lancent un message, on ne peut plus clair en direction des autorités pour dire tout simplement que «nous n’allons pas bloquer ce projet, mais nous exigeons des indemnisations conséquentes». De la station d’épuration de la ville de Béjaïa jusqu’au dernier point de la visite à Melbou, la délégation ministérielle a eu a évaluer le taux d’avancement des projets inscrits. A chaque halte, le Premier ministre n’omet pas d’insister sur les objectifs et délais d’achèvement des projets inspectés.

    Écoutant calmement les présentations qui lui sont faites, il prend tout son temps pour examiner la situation avant de conclure sur l’urgence d’avancer plus rapidement. A Sid Ali Labhar, le ministre a inspecté le projet de la stations d’épuration d’eau de Béjaïa, lancé en 2008 et officiellement livré. D’autres station d’épuration sont au programme à Akbou, Sidi Aïch, Tazmalt, Béjaïa et Aokas en vue de dépolluer l’oued Soummam et le littoral. En matière de lutte contre les inondations, il est question de l’aménagement de l’oued Amizour. Sur place, un projet de réalisation d’un nouveau barrage à Beni Ksila a été présenté au Premier ministre.

    Projeté à Laâzib Timizar, ce projet alimentera les communes d’Adekar, Akfadou, Beni Ksila qui souffrent énormément en matière d’alimentation en eau potable. Il coûtera environs 8 milliards de dinars. Le barrage de Tichy haff, qui alimente déjà 10 communes situées sur le couloir de la vallée de la Soummam, sera raccordé à 15 autres communes dont six sont en phase de réalisation. Quatre Chemins, la délégation ministérielle à inspecté l’état d’avancement de la réalisation de l’échangeur à l’entrée ouest de Béjaïa. D’une importance capitale pour le flux routier, ce projet a atteint un taux d’avancement de 20%. La délégation s’est ensuite recueillie au mausolée de Cheikh Aheddad dans une ambiance festive avant de rejoindre directement le point de lancement du projet de la pénétrante. C’est le point fort de la visite. Conçue sur trois voies, cette liaison autoroutière s’inscrit dans un programme national qui concerne sept autres régions du pays. La livraison du projet est attendue dans 36 mois si toutefois des obstacles ne viennent pas la ralentir. A Amizour, le Premier ministre s’est enquis du projet de la centrale électrique, qui a fait aussi couler beaucoup d’encre. Sa livraison est prévue dans six mois. Le secteur universitaire n’a pas été en reste, puisque le ministre a visité le projet de réalisation d’une résidence universitaire. A Souk El Tenine, c’est un hôpital de 60 lits qui a été inspecté. La RN 43 est depuis hier opérationnelle pour les usagers.

    Le Premier ministre a procédé à sa réouverture. Le vieux bâti, l’extension du port de Béjaïa, la réalisation de la gare maritime étaient autant d’autres projets inspectés et évalués par la délégation ministérielle. Il convient de noter que la région de Béjaïa n’a pas eu l’honneur d’accueillir une si forte délégation et d’un si haut niveau depuis près de 15 ans. Serait-ce la relance? La volonté de mise à niveau est déjà une réalité.

    Au moment où nous mettons sous presse, le Premier ministre rencontrait la société civile à la Maison de la culture de Béjaïa marquant ainsi la fin d’une visite pas comme les autres, de par, aussi bien les moyens déployés, que de la consistance des projets inspectés.

    Lu sur : lexpressiondz.com

    Article précédentLiban: le premier mariage civil officiellement reconnu
    Article suivantEtats-Unis, Europe : la jeunesses a-t-elle encore un avenir ?