Près de 1700 personnes ont trouvé la mort dans des accidents de la circulation, durant le premier semestre 2017. 17 700 autres ont été blessée. Dans cette catastrophe routière, plus de 23 % des morts sont des jeunes qui ont moins de 30 ans.

Selon le directeur général du centre national de prévention routière, Ahmed Naït El Hocine, qui a animé une conférence, hier mercredi, au Centre national d’information de la protection civile «un total de 1695 personnes ont trouvé la mort dans des accidents de la circulation routière, durant le premier semestre 2017 à l’échelle national». Ce chiffre est toutefois «en baisse de 11,67% par rapport à la même période de 2016 où il a été enregistré 1919 décès».

M. Naït El Hocine a expliqué que «cette baisse de la mortalité est estimée à 4,44% au niveau des zones urbaines, soit 16 vies épargnées et 13,34% au niveau des zones rurales soit 208 vies épargnées». Il a souligné qu’«un total de 12.358 accidents de la route a été enregistré durant le premier semestre, soit une baisse de 1880 (-13,20%) d’accidents comparativement à la même période de 2016.

Dans le détail, Ahmed Naït El Hocine a indiqué que «même le nombre de personnes blessées sur nos routes a également connu une réduction de 16,79%: 17 715 personnes au cours des six premiers mois de l’année 2017, contre 21290  durant la même période 2016 (3575 personnes en moins): -1,57 % au niveau des zones urbaines (-144 personnes blessées) et -28,28% au niveau des zones rurales, soit -3431 personnes».

Dans le même bilan, il a indiqué que les jeunes âgés entre 18 et 29 ans sont fortement impliqués dans 36,27 % des accidents de la route enregistrés durant le premier semestre de l’année en cours. La répartition des morts démontre également que les jeunes de moins de 30 ans représentent 23,12% des victimes (776 victimes). La même tranche d’âge qui prend la tête du tableau dans la catégorie des blessés.

Des causes multiples

Le centre a relevé que 11 861 accidents de la circulation sont liés au facteur humain, plus particulièrement le non-respect des règles de la circulation. 292  accidents de la circulation sont liés à l’état des véhicules et 205 à l’état de la route. Avec 729 accidents corporels enregistrés au cours de l’année.

Pour le classement par wilaya, Alger se positionne à la première place des wilayas les plus accidentogènes. En outre, la wilaya de M’Sila a enregistré le plus fort taux de mortalité durant cette période avec 82 personnes décédées sur les routes. Ce taux de mortalité s’explique par le fait que cette wilaya constitue un véritable carrefour desservant les régions centre et sud du pays. En deuxième position, on retrouve la wilaya d’Alger avec 71 personnes décédées, et la wilaya de Batna en troisième position avec 67 décès.

L.R.