L’accord d’association entre l’Algérie et l’Union  européenne (UE) n’a été bénéfique que pour les pays d’outre-Méditerranée, notamment la France, l’Italie et l’Espagne.

C’est ce qu’on déduit à la lecture des chiffres rendus publics, aujourd’hui, par les Douanes algériennes. Selon cette institution, l’accord en question a engendré depuis sa mise en œuvre en 2005 jusqu’à fin 2015, un manque à gagner de 700 milliards de dinars (près de 7 milliards de dollars) aux recettes douanières, a indiqué le sous-directeur à la Direction des recettes et des recouvrements  des douanes, Toufik Saci, lors d’une conférence de presse consacrée à la présentation  du bilan de l’année 2016, sans fournir plus dé détails.

Il faut noter que l’accord d’association entre l’Algérie et l’UE prévoit un dérèglement tarifaire graduel des taxes douanières. Sauf que l’Algérie n’en a pas trop bénéficié puisqu’elle n’exporte pas grand-chose vers l’Europe en dehors des hydrocarbures.

Elyas Nour

Article précédentMédias/ Le pouvoir embarrassé par les chaînes qu’il ne peut contrôler
Article suivantLa nouvelle loi sur les retraites officiellement en vigueur/ Vos droits et vos devoirs