L’ex-chef de de la Direction générale de la sécurité et de la protection présidentielle (DGSPP), le général major Djamel Kehal dit Medjdoub, vient d’être inculpé par le tribunal militaire de Blida pour négligence et infraction aux consignes militaires « conformément aux dispositions l’article 86 du code de la justice militaire », a-t-on appris de plusieurs sources concordantes. 

L’affaire des attaques qui ont eu lieu, en juillet 2015, dans l’enceinte de la résidence d’Etat de Zeralda revient, encore une fois, pour défrayer la chronique. En effet, le tribunal militaire de Blida a procédé à l’inculpation du général major Medjdoub en application des dispositions de l’article 86 du code de la justice militaire qui confère au juge d’instruction militaire, après avis conforme du procureur militaire, le pouvoir d’inculper devant les juridictions militaires tout justiciable ayant pris part comme auteur ou complice aux faits qui lui sont reprochés.

L’ex-chef de la sécurité présidentielle et ses quatre subordonnés viennent de voir leurs dossiers transférés vers le tribunal militaire de Constantine qui procédera à l’extension des poursuites judiciaires les concernant, explique à ce sujet le quotidien El Watan.

L’affaire de Zeralda remonte au 16 juillet 2015, lorsqu’un officier de la DGSPP a déclenché une panique générale à l’intérieur de la résidence d’Etat de Zeralda en tirant une salve de coups de feu. Notons que la thèse du jeune lieutenant ayant  été à l’origine de l’incident a été totalement démentie par les résultats de l’enquête de la gendarmerie nationale.

Signalons, par ailleurs, que la sécurité présidentielle dépendait directement du DRS lorsqu’il était dirigé par le général Toufik. Depuis peu, il relève de la tutelle de Gaid Salah.

Massinissa Mansour

Article précédentTéléphonie/ Djezzy double le volume et la validité de ses forfaits Speed!
Article suivantImportateurs véreux/ 1,5 milliard de dollars transférés illicitement à l’étranger