Previously on, « parce que les meilleurs œuvres sont rarement des autoportraits »

nos deux héros, tels des thons méditerranéens, s’approchent volontairement des chalutiers …

Aouicha est bien décidée à se défaire de son statut de reine des glaces… bien agir, c’est d’abord bien réfléchir…

Elle se regarde dans la glace : look trop sérieux, elle fait limite nonne sans le voile, et c’est finalement exactement ce qu’elle est, s’avoue-t-elle. Elle regarde sa garde robe : que de sacs patates, aucune nuance de féminité, on peut très bien comprendre pourquoi elle reste aussi seule…quoi qu’elle aurait bien pu ne pas l’être …

En fait, il y a deux catégories d »acheteurs de sac patate » : les « ton sac de patate est pas assez large pour moi, mais ça fera l’affaire », et les « mais que peut bien se cacher sous le sac patate ??? »

les 1ers, ce sont des « fils du bien » notoires, connus, et reconnus, mais qui ont une perversion tellement cachée, qu’elle n’est décelable que des années après.

Comment les reconnaitre ? Leur approche est simple: ils passent en général par la famille, vont voir directement le père ou le frère pour une prise de contact « tout bien tout honneur », la fille plait car on connait au moins son visage, et même un peu ses formes, n’est pas stupide car a fait des études…donc elle fera une très bonne mère au foyer, juste le temps de se construire financièrement (crises de toutes sortes obligent), pour passer ensuite à plus jeune, plus délurée et moins fille de famille … (faut bien appliquer la chari’a … puisqu’il est permis d’épouser 4 femmes … et puis en prenant sous la religion d’Allah une ancienne turpide, il s’assure automatiquement le paradis, à la fois terrestre par cette femme, et éternel).

Et on connait malheureusement que trop bien le « 20 ans après » de ce mariage : le vieux vicieux, rattrapera bien sa jeunesse perdue, la première épouse, toute ridée à 50 ans, ira se plaindre partout, surtout chez le médecin, et la belle nouvelle, attendra patiemment la mort du cher et pas tendre pour vivre enfin au grand jour avec son « amuse gueule » du moment

Quant à la 2nde catégorie de ceux qui rodent autour des filles en sac patate, Aouicha a succombé à la tentation en acceptant de dîner avec Ben…en se rappelant cette soirée, elle ne peut s’empêcher de sourire…

Pendant ce temps, Kaddour applique, en digne homme qu’il est, le bien agir, c’est surtout ne pas trop réfléchir…que va-t-il faire ?

A suivre

Article précédentRDV culturels au CCA de Paris
Article suivantLe plan Marshall ter de Bouteflika suscite le scepticisme des observateurs