Les contrebandiers et autres trafiquants usent de plus en plus de moyens extrêmes. Ils se comportent ces derniers temps comme de véritables barons qui n’expriment aucune peur envers les services de sécurité.

Mardi dernier, un groupe d’une cinquantaine de personnes s’est attaqué à la direction locale des Douanes algériennes de Bir El Atter, une localité frontalière de la wilaya de Tebessa. Cette commune est beaucoup plus connue pour être un des fiefs de la contrebande. Selon l’information rapportée aujourd’hui par le quotidien francophone El Watan, cette «milice» s’en est prise au siège des Douanes après que des éléments de ce corps de sécurité aient mis la main sur un camion abords duquel se trouvait des produits destinés à la contrebande. Les contrebandiers ont attaqué le siège pour récupérer leur marchandise et le camion. Certains parlent même de la destruction de documents.

Les services de sécurité ont, bien évidemment, aussitôt déclenchés une enquête. Pour l’instant, certaines sources parlent de l’arrestation d’une douzaine de personnes ayant pris part à l’attaque. En d’autres termes, ces contrebandiers veulent lancer un message aux douaniers, selon lequel, ils devraient y réfléchir à deux fois avant de s’attaquer à la contrebande à Bir El Atter. Il est utile de rappeler que ce n’est pas la première fois que les Douanes sont attaquées. Le 22 août dernier, un incendie a détruit trois armoires métalliques dans lesquelles étaient entreposées des archives au niveau de la direction des Douanes de la wilaya d’Oum El Bouaghi. Si les services de sécurité n’ont pas encore terminé leur enquête, pour indiquer s’il s’agit d’un acte criminel ou non – ou bien certains veulent carrément étouffer l’affaire – il n’en demeure pas moins que cela survient après que plusieurs tribunaux, à travers le pays, aient subi des «accidents» similaires, poussent le citoyen à se poser des questions. Pour faire disparaître les traces d’une affaire, des «criminels» s’attaquent à des tribunaux ou Douanes, en provocant des incendies, ou comme dans le cas de Bir El Atter, en organisant une expédition punitive.

Elyas Nour

Article précédentAprès la France, Tassili lance des lignes vers d’autres pays
Article suivantRevue de presse. Le FLN et le RND déjà en campagne pour Bouteflika