Algérie : ces disputes conjugales qui virent au meurtre

0
Advertisement

Les violences conjugales continuent à faire des dégâts en Algérie. Il ne se passe pas une semaine sans qu’un média national ne rapporte une information relative aux violences faites aux Algériennes. Et le phénomène est devenu encore plus inquiétant, ces dernières années, puisque la moindre dispute peut tourner à l’assassinat !

 Preuve en est, une femme, trentenaire, a succombé à ses blessures, mercredi dernier, après avoir été poignardée, en son domicile, par son mari. L’incident s’est déroulé dans le quartier dit «Kechida» à Batna, à l’est du pays. Une localité qui a connue, malheureusement, quelques jours auparavant des faits similaires puisqu’une autre femme, âgée de 54 ans est décédée aussi suite à un coup de poignard. L’agression sauvage a été commise, apparemment, par son ex-mari. D’autre part, il y a quelques jours, une autre femme âgée de 34 ans, et mère de six enfants, a été trouvée, le 7 avril dernier, morte à son domicile à Saida. L’auteur du crime n’est autre, cette fois-ci encore, que son mari qui a, d’ailleurs, avoué les faits. Il est utile de signaler que durant l’année passée, les services de la police nationale ont reçus 8748 plaintes émanant de femmes violentées.

Lors d’une rencontre sur la violence contre les femmes, organisée le 9 mars dernier, un professeur en médecine légale a indiqué que «28% des cas de coups et blessures enregistrés en 2012 par les services de médecine légale, à l’échelle nationale, concernaient des femmes battues par leurs maris». Le médecin ajoute que même si ces femmes se dirigent vers les hôpitaux pour établir des certificats, néanmoins, cela n’est pas suivi automatiquement d’un dépôt de plainte. Beaucoup de femmes préfèrent souffrir en silence que de «s’exposer» à la société en saisissant la justice. En d’autres termes, le chiffre donné par la police nationale ne reflète surement pas la réalité de la situation qui est beaucoup plus grave. Selon un chiffre communiqué par la syndicaliste et militante pour les droits de la femme Soumeya Salhi, 261 femmes sont décédées, durant les huit premiers mois de l’année dernière, après avoir subi des violences de la part de leurs maris.

Elyas Nour

Article précédentL’Algérie veut étancher la soif les Ghazaouis
Article suivantInde : Une fillette de 5 ans violée et mutilée