Algérie : ces fêtes de mariage qui se transforment en drames

0
Advertisement

En Algérie, le mariage n’est pas toujours synonyme de joie et de fête. Preuve en est, l’un de ces événements a viré au drame en début de semaine à Béjaïa. Trois personnes sont mortes et une quatrième a été blessée.

Tel est le bilan macabre d’un accident de la circulation qui s’est produit lundi en début de la soirée, sur la route nationale numéro 26, à Alaghen, dans la commune de Tazmalt, wilaya de Bejaïa. Les malheureuses victimes de ce dramatique accident de la circulation faisaient partie d’un cortège d’une fête de mariage, qui se dirigeait d’Akbou vers la wilaya de Tizi-Ouzou. Un des automobilistes s’est essayé à une manœuvre dangereuse en tentant de dépasser un autre véhicule dans un virage dangereux. Celui-ci a trouvé en face de lui un camion en panne, contre lequel il  s’est violemment heurté. Un autre véhicule qui le suivait s’est, à son tour, violemment encastré dans le même camion. Bilan : deux hommes et une femme sont morts sur le coup, alors qu’un autre homme a été gravement blessé. Ce dernier a été transféré à l’hôpital d’Akbou, où il a été reçu dans un état grave.

De festive, l’ambiance du mariage est rapidement devenue celle d’un drame insurmontable. Malheureusement, cet accident est loin d’être un cas isolé.  Le phénomène de la conduite dangereuse dans les cortèges, lors des fêtes de mariage, tend à se généraliser à travers tout le pays, notamment en été. Ce phénomène est à l’origine de plusieurs autres drames, endeuillant ainsi des dizaines de familles chaque été. En 2012, à Dellys (Boumerdès), un « mariage tragique » a défrayé la chronique : suite à un grave accident dont a été victime le cortège nuptial,  au moins 7 personnes dont quatre enfants (deux garçons et deux fillettes) sont décédées.  11 autres personnes ont été grièvement blessées. Comme quoi, en Algérie, un mariage peut facilement virer au cauchemar.

Avec Arezki IBERSIENE

Article précédentPour le Maroc, l’Algérie est la source de tous ses problèmes
Article suivantLe mercato des Fennecs : beaucoup de bruit pour rien ?