Le 3e Festival international du film arabe a été clôturé, jeudi soir à Oran, par une cérémonie de remise des Ahaggar d’or aux lauréats des films en compétition, qui a vu la participation de 11 longs métrages et 15 courts métrages.

Les longs métrages ont été évalués par un jury, composé d’éminents noms du 7e art arabe et de critiques, dont la star du cinéma égyptien Nabila Abid et le romancier Wassini Laâradj, et présidé par le cinéaste palestinien Rashid Mashraoui. Le cinéaste Mashraoui a affirmé avoir constaté que les longs métrages en compétition «étaient réellement des films à regarder, à discuter et à faire concurrence», ajoutant qu’ils se démarquent tous par «une valeur cinématographique exceptionnelle». De son coté, la président du jury de la catégorie des courts métrages, l’actrice libanaise Claudia Marshleyan, a souligné que l’évaluation de ces films était « une tache très difficile «au vu de leur niveau, indiquant que les membres du jury ont découvert» une importante part d’audace et d’aventure dans les différents sujets évoqués et traités».

Elle a recommandé d’accorder plus d’importance aux courts métrages en matière de production et de projection et d’ajouter dans les prochaines éditions du festival d’autres distinctions pour cette catégorie de films.

Le président du jury de la plume d’or, consacrée à la meilleure critique d’un film cinématographique, Ali Abou Shadi, s’est félicité de l’institution de cette distinction dans le règlement du festival dans l’édition de cette année, affirmant qu’elle représente un encouragement et une valeur ajoutée pour la création dans ce domaine.

Le président du festival, Hamraoui Habib Chawki, a quant à lui saisi cette occasion pour annoncer que la tenue de la 4e édition du Festival international du film arabe se tiendra à Oran du 2 au 9 juillet 2010. Il a souligné que le succès du festival de cette année a été consacré par l’engouement constaté chez le public lors des différentes projections des films. Outre les projections des films (longs et courts métrages) en compétition, le 3 Festival international du film arabe a vu d’autres importants évènements consacrés au cinéma arabe. Il s’agit d’une conférence sur «le cinéma arabe, entre visions classiques et modernes» qui a été présidée par le secrétaire d’Etat auprès du premier ministre, chargé de la Communication, Azzeddine Mihoubi, durant laquelle il a appelé à la création d’un fonds de soutien au cinéma arabe.

Des conférences de presse animées par l’actrice égyptienne Yousra, l’acteur syrien Djamel Souleymane et le réalisateur palestinien Rashid Mashraoui, ont marqué le festival ainsi que la projection du film «L’anniversaire de Leila» et du documentaire «Ana Ghaza» (Je suis Ghaza) lors du programme «Le cinéma de l’invité», dédié à la Palestine.

Article précédentL’Algérie, un des plus importants importateurs de blé dans le monde. Au prix de 214 dollars/tonne coût et fret : L’OAIC achète 500.000 tonnes de blé
Article suivantEvacuation de L'aéroport new-yorkais de LaGuardia