Djamel Belmadi

Football : L’électeur national Djamel Belmadi considère que la relation de tout joueur avec l’équipe nationale est une relation spirituelle avant tout marchandage ou bénéfice. Ainsi, le journaliste Negm Sidi Othman a commencé son article sur la relation tendue entre Mahrez et Belmadi.

Najm al-Din Sidi Othman a déclaré que Jamal Belmadi, quelques jours après sa nomination à la tête du « Khidr », a été choqué par une information qui s’est avérée par la suite exacte, et qu’il y avait des joueurs qui ont négocié avec le président du  » FAF » Mohamed Raourawa et a obtenu un retour financier de sa part, en échange de son acceptation de représenter l’équipe nationale algérienne.

Sidi Othman ajoute que trois de ces personnes, qu’il s’agisse de choix techniques ou d’une position qu’il a prise de leur part, ne les ont jamais convoquées, alors qu’elles étaient prêtes à des périodes différentes, et l’une d’entre elles est revenue en force récemment.

Et l’écrivain journaliste explique, que Djamel Belmadi est bien placé pour le comparer à tous les hésitants et les bénéficiaires.En 1999, au milieu de la longue période de vide dans laquelle passait l’équipe nationale, il était un joueur pour le Le club espagnol du Celta Vigo, pourtant, payait de sa poche le prix des billets pour venir en Algérie, et portait le maillot national.

Belmadi s’est exprimé dans des déclarations à la presse, déclarant : « J’ai choisi l’Algérie à l’âge de 19 ans, c’est-à-dire quand j’allais frapper aux portes de l’équipe de France pour des espoirs, et ce choix je ne l’ai pas regretté toute ma vie. Si je On m’a demandé de re-choisir après tout ce que j’ai vécu, je choisirais à nouveau l’Algérie. »