équipe d’Algérie

FIFA CAN 2022 : De nombreux observateurs craignent le danger de falsifier les résultats des analyses du virus Corona au CAN 2022 Cameroun , ce qui affectera inévitablement l’ équipe d’Algérie et le retour des équipes, notamment les plus fortes, qui seront ciblées par les lobbies au sein de l’Union Africaine.

les chaînes beIN Sport ont révélé aujourd’hui, samedi, que des responsables du Burkina Faso ont demandé au comité d’organisation de la Coupe d’Afrique et à la Confédération africaine de football de réanalyser le virus Corona que les joueurs ont subi, environ 24 heures avant d’affronter le Cameroun en ouverture de la tournoi.

Le journaliste algérien de Bein Sports, Abu Taleb Shaboub, a déclaré que les échos concernant les tests de Corona en Coupe d’Afrique, soulèvent de nombreuses questions quant à leur exactitude.

Dans une publication sur son compte Facebook, Cheboub a indiqué que l’Algérie disposait de plusieurs laboratoires mobiles pour les tests Corona, et qu’il est maintenant temps d’en envoyer un au Cameroun pour fournir une « contre-expérience » qui évite tout doute sur les résultats des examens. Des joueurs de l’équipe nationale algérienne là-bas.

Abu Talib Shaboub a souligné que sans cette étape, les choses impliqueraient un pari très dangereux, ajoutant que le temps était encore disponible, et que ne pas bouger maintenant pourrait avoir de graves conséquences plus tard.

Les résultats des analyses que les joueurs et le staff technique de l’équipe nationale du Burkina Faso ont subis ont montré que l’entraîneur de l’équipe nationale a été infecté, en plus de cinq autres joueurs, à savoir Abbas Traoré, Edmond Tapsoba, Saido Sembori, Dango Ouattara et Somaila Ouattara.

Selon la même source, l’équipe du Burkina Faso a protesté contre les résultats des frottis subis par les joueurs et les membres de la mission, exigeant qu’ils soient renvoyés pour être à nouveau vérifiés.

La Fédération Burkinabé dans une lettre de protestation signée par son président, Lazar Pansi, demande à un laboratoire indépendant de la CAF de réexaminer les écouvillons PCR en présence de leurs médecins.

Il dit avoir des raisons légitimes de douter de la crédibilité des résultats des tests, qui ciblent clairement des joueurs clés, et a également menacé de ne pas jouer le match d’ouverture.