Agriculture

Alger : Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, Mohamed Abdel Hafed Hani, a confirmé dimanche, que ses intérêts sont d’assurer, en coopération avec le ministère du Commerce et de la Promotion des exportations, l’engagement des commerçants à respecter une marge bénéficiaire de 20 pour cent au maximum.

En marge de la neuvième conférence de l’Union nationale des agriculteurs algériens, le ministre a expliqué que cette mesure s’inscrit dans le cadre des mesures de lutte contre la spéculation et la hausse des prix, notamment à l’approche du mois de ramadan.

Hani a souligné qu’« il n’est en aucun cas possible de dépasser ce pourcentage » et que les commerçants sont tenus de respecter une marge bénéficiaire de 20 % au maximum.

Le même responsable a indiqué que les secteurs de l’agriculture et du commerce travailleraient pour que ce pourcentage ne soit pas dépassé.

En revanche, en ce qui concerne les aliments destinés au bétail, le même responsable a révélé que la quantité de maïs importée destinée aux poulets et à l’engraissement des veaux et des vaches est estimée à 4 millions de tonnes par an.

Il a appelé, dans ce contexte, à lui trouver une alternative en plantant ces céréales dans le désert algérien, réduisant ainsi la facture des importations.

Le ministre de l’Agriculture a souligné que le développement de l’agriculture désertique est l’une des priorités du gouvernement, qui s’emploie à étendre les surfaces agricoles dans ces zones afin de développer la production agricole, notamment la production céréalière, pour éviter de les importer de l’étranger.

Abdel Hafed Hani a appelé les jeunes à investir dans les zones désertiques, soulignant qu’ils auront toutes les facilités pour travailler confortablement.

Il a souligné que son secteur se concentrera principalement sur le développement de produits agricoles stratégiques tels que les céréales, le lait et la viande blanche.

L’orateur a reconnu l’existence d’un déséquilibre sur le marché de ces produits, dû à l’absence de régulation du réseau de distribution et de commercialisation au détail, comme il l’a dit.