parquet alger

Alger : Le parquet général du tribunal de Bainam a requis 3 ans de prison fermes pour le coordinateur national du mouvement social-démocrate, Fethi Gheras, et une amende de 100 000 dinars, selon la page « Comité national de défense des détenus ».

Le parquet a porté plusieurs charges contre le premier homme à la tête de MDS, dont la plus marquante est peut-être d’insulter le président de la République, en plus d’avoir affiché à l’opinion publique des publications qui porteraient atteinte à l’intérêt national, porteraient atteinte à l’unité nationale. , inciter à la haine et insulter un corps ordinaire.

La source a révélé plus tôt que Fathi Grass avait été arrêté à son domicile de gué Constantine le 30 juin 2021.

Le 01 juillet 2021, le juge d’instruction du tribunal de Bab El-Oued d’Alger a décidé de placer Gheras en détention provisoire, selon l’avocat Tarek Merah.

Certaines personnalités politiques ont condamné l’incarcération de Fathi Grass, comme le parti Front des forces socialistes a dénoncé l’incarcération provisoire du coordinateur national du Parti du mouvement social-démocrate.

Le FFS a estimé, dans une déclaration précédente, de mettre Gheras en détention provisoire, « une insistance à criminaliser l’action politique », ajoutant que c’était « inacceptable, et cela nous ramènerait à l’ère de l’unilatéralisme politique ».

Le FFS a exigé la libération des prisonniers d’opinion, réitérant sa solidarité absolue avec eux.

Pour sa part, le chef du mouvement Société pour la paix, Razzak Mokri, a condamné l’arrestation du coordinateur général du parti MDS et sa détention provisoire.

Mokri lui a dit dans un tweet: « Défendre les libertés est une question de principe, quelle que soit la différence avec la victime. La liberté d’expression dans le cadre de la patrie n’est pas un danger, mais le danger réside dans la tyrannie, la fraude électorale et l’impossibilité de délibérer et de contrôler les affaires publiques.