Abdelmadjid Tebboune

Finance : Jeudi, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune, a signé la loi de finances pour l’année 2022.

La cérémonie de signature s’est déroulée au siège de la Présidence de la République à Alger, en présence de hauts responsables de l’Etat et de membres du gouvernement.

En novembre dernier, les députés à l’Assemblée populaire nationale ont voté à la majorité le projet de loi de finances pour l’année 2022.

La Commission des finances et du budget de l’Assemblée populaire nationale a approuvé des amendements à plusieurs articles du projet de loi et ajouté d’autres articles.

La commission a abrogé l’article 153 du projet de loi, qui prévoit que les logements locatifs publics à caractère social ne peuvent être cédés sur financement du budget de l’État, à compter du 31 décembre 2022.

La commission a également amendé l’article 137 relatif au relèvement du plafond de la valeur des nouvelles marchandises importées destinées à l’usage personnel ou familial des voyageurs et dépourvus de tout caractère commercial de 300 000 dinars au lieu de 200 000 dinars.

La même source a ajouté que cette annulation est venue permettre à un large segment de citoyens de devenir propriétaire de leur logement, à l’instar du reste des propriétaires d’autres formules de logement.

Concernant la nouvelle politique de soutien contenue dans la loi de finances 2022, Ayman bin Abdul Rahman a déclaré que certains partis ont causé une grande confusion à cet égard, soulignant que l’objectif de la nouvelle politique est d’orienter le soutien vers ceux qui le méritent, et pour mettre en place les mécanismes nécessaires à cette fin.

L’orateur a souligné les résultats négatifs du soutien généralisé, citant les énormes charges financières supportées par le complexe Sonatrach et Sonelgaz « en raison de la différence entre le coût réel et le prix commercial réel des produits ».

Bin Abd al-Rahman a démenti les informations circulant sur l’intention de l’État de lever le soutien aux groupes vulnérables.