Les femmes sont plus exposées à l’obésité que les hommes, selon une étude réalisée en 2006 sur un échantillon de 1.100 personnes examinées par les services de médecine générale au niveau des hôpitaux des wilayas d’Alger, Sétif et Oran.

Présentée dimanche, à l’occasion du 6ème colloque maghrébin sur l’endocrinologie et la diabétologie tenu à Alger, l’étude réalisée par une équipe de spécialistes en médecine interne de l’hôpital de Bir Traria (Alger), en coopération avec l’Office national des statistiques (ONS), a montré que le taux de prévalence de l’obésité est de 2 femmes obèses contre 1 homme.

Cette étude qui a pris en considération le tour de taille comme mesure de l’obésité, a concerné des personnes âgées de plus de 40 dont le poids est de 72 kg. L’obésité représente un taux de 31 % chez les échantillons objet de l’étude, a affirmé l’étude en se référant aux critères américains selon lesquels on parle d’obésité quant le tour de taille dépasse 102 cm chez l’homme et 88 cm chez la femme.

Alors que les critères européens la définissent à un tour de taille de plus de 99 cm chez l’homme et 80 cm chez la femme, selon la même étude qui a estimé le taux de personnes obèses en Algérie à 48%. Selon les critères américains, une personne sur deux est obèse en Algérie, alors qu’en se référant aux critères européens une personne sur trois souffre d’obésité. En comparaison avec les études réalisées antérieurement par le ministère de la Santé, en coordination avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS), durant la période 2004-2005, l’Algérie n’a pas encore atteint le stade de gravité.

Avec un taux de plus de 30%, l’obésité ne représente pas encore un danger pour la société en Algérie, contrairement aux pays développés où ce taux est estimé à 50%. Dans le cadre de la prévention de cette maladie, les spécialistes recommandent une éducation sanitaire, une alimentation saine et équilibrée et l’exercice physique. Outre l’obésité dont souffrent plus de 30% des personnes ayant fait l’objet de l’étude, le quart souffre d’hypertension artérielle et le sixième est diabétique, alors que 50% sont des fumeurs ou anciens fumeurs.

Le surpoids représente un danger pour la santé de l’individu et peut entraîner plusieurs maladies dangereuses, notamment les maladies cardiaques, l’hypertension artérielle, le diabète et l’augmentation du taux de cholestérol dans le sang.

Le Financier

Article précédentPoésie
Article suivantANP. Gaïd Salah en Pologne