Algérie : les Mosquées, la nouvelle cible privilégiée des cambrioleurs

0
Advertisement

La caisse de la Zakat (aumône) est devenue ces dernières années la cible privilégiée des « fidèles » à la recherche d’un butin « de prière ». A l’approche des fêtes religieuses, notamment l’Aïd et l’Achoura, beaucoup de musulmans, pratiquants ou pas, mettent la main à la poche et accomplissent le deuxième pilier de l’Islam. En de pareilles occasions, le butin est assez conséquent aux yeux des voleurs et cambrioleurs. Bien gros qu’il séduit autant de prédateurs.

Jadis connues par les vols récurrents des chaussures des fidèles, ces lieux de culte censés être des endroits sûrs et à l’abri de tels forfaits, connaissent un nouveau genre de vol : sondouq ezzakat (la caisse de l’aumône). Ce phénomène de cambriolage, qui fait beaucoup jaser ces jours dans notre société, est apparu ces dernières années avec l’apparition du « sondouq ». Car avant, il n’y avait point de caisses destinées à la collecte de la zakat dans les mosquées.

L’année dernière, plusieurs cambriolages ont été enregistrés dans différentes mosquées, à travers toutes les wilayas du pays, comme c’est le cas à Alger.  Cette année encore, plusieurs vols ou tentatives de vols par effraction ont été enregistrés cette dans des mosquées de différentes localités d’Alger.

En effet, la mosquée Ennour (la lumière), située au quartier Belle Vue, dans la circonscription d’El Harrach, un « fidèle » s’est emparé de l’argent de la zakat à la veille de l’Aïd El Adha, après y avoir accomplie sa prière d’El Aïcha.  La mosquée El Wafaa (la fidélité), dans la localité de Baraki, a fait, elle aussi, l’objet d’un cambriolage. Après avoir  tabassé et enlevé l’Imam, avant de le relâcher un peu plus loin, une bande de voyous aurait réussi à s’emparer du fameux butin.

Une autre mosquée a fait l’objet d’une tentative de cambriolage au quartier Fayzi, dans la localité de Bordj El Kifan, dans la banlieue est d’Alger. Un jeune SDF, âgé d’une trentaine d’année, aurait failli emporter l’argent n’était-ce la vigilance du gardien de la mosquée qui l’aurait surpris en train de commettre son forfait. Le cambrioleur aurait abandonné son butin et pris la fuite, avant d’être arrêté et remis à la police par des jeunes du quartier. Ces derniers seraient intervenus suite à l’alerte donnée par le gardien qui était à la poursuite du malfrat. Durant son procès en justice, le supposé cambrioleur a plaidé innocent.

Un jeune homme d’une vingtaine d’année, récidiviste, aurait réussi à s’emparer de deux caisses de la zakat, respectivement à la mosquée « Errahma » (la miséricorde) de Bab Ezzouar et celle de « Salah Eddine El Ayoubi » d’El Harrach. Son butin s’élèverait à 40 000DA (10000 et 30000 da). Lors de son procès, le prévenu aurait reconnu les faits et dit avoir agit sous l’effet de psychotropes.

Un étudiant, originaire d’Oran, aurait, lui aussi,  tenté de cambrioler la mosquée du 1er novembre à Beni Messous. Lors de son jugement au tribunal de Bir Mourad Raïs, le prévenu a nié les griefs qui lui sont reprochés, affirmant s’être rendu à la mosquée pour y passer la nuit.

Les Mosquées, ces sanctuaires dédiés à la foi, la miséricorde et la repentance, sont devenus désormais la cible privilégiée des cambrioleurs. L’appât est toujours le même : le soundouq  de la zakat.  Un argent collecté dans l’opacité la plus totale et échappant à tout contrôle. Contacté pour avoir des éclaircissements sur la légalité et les textes régissant l’opération de collecte de la zakat, le chargé de la communication au ministère des Affaires religieuses et des Wakfs est demeuré injoignable pendant toute la journée de jeudi. Même déception auprès de la cellule de la communication de la DGSN que nous avons pu joindre, mais sans pour autant réussir à avoir des statistiques officielles quant au nombre des mosquées cambriolées.

Yacine Omar

Article précédentAlgérie : l’Etat affecte annuellement 60 milliards de dollars aux transferts sociaux
Article suivantRevue de presse. Hépatite C : un nouveau traitement bientôt disponible en Algérie