« Pour cette année, il n’y aura pas de deuxième session de la cinquième année », c’est ce qu’a annoncé la ministre de l’Education Nationale Mme Nouria Benghabrit-Remaoun, lors de son passage dans l’émission « L’invité de la Rédaction » diffusée sur les ondes de la chaîne 3.

Introduire la fiche de synthèse visant à évaluer le rendement scolaire des élèves durant toute l’année et faire en sorte que cette fiche compte dans le passage de l’élève au même titre que les examens, supprimer la seconde session de la cinquième année primaire, telles sont les principaux changements adoptés par la nouvelle ministre de l’Éducation Nationale à l’occasion de cette nouvelle rentrée scolaire.

Intervenant sur les ondes de la chaîne 3 dans l’émission L’invité de la rédaction, Mme Benghabrit est revenue sur les nombreuses mesures devant être adoptées cette année, dont l’allègement des cours et des cartables, le rattrapage, la prise en charge de la déperdition scolaire et l’enseignement des langues.

Au moment où 8 millions 600 mille élèves, tous paliers confondus, rejoignent aujourd’hui dimanche les bancs de l’école pour la rentrée scolaire 2014-2015, la ministre de l’Éducation a évoqué les changements visant à améliorer les conditions de la scolarité en Algérie et à rendre l’école algérienne plus performante. À ce propos, Mme Benghabrit a affirmé que « les mesures prises aujourd’hui ne sont que le début du véritable changement qui doit s’effectuer sur la longue durée ».

La sociologue et chercheuse algérienne a ajouté que « le changement constitue une donnée fondamentale qui devrait caractériser le système éducatif ». En matière de réforme, la ministre déclare poursuivre la réforme de la commission Benzaghou, adoptée en 2000 et ce, dans les principales actions qui ont été définies par le conseil du gouvernement et adoptées par l’APN.

« Toute la différence est dans ma démarche »

Affirmant que sa première préoccupation en tant que ministre est la question de la formation et la problématique des programmes qui rentre dans le cadre de la refonte pédagogique,  Mme Benghabrit a précisé que la réécriture des programmes intitulés « deuxième génération » est actuellement en cours et qu’à partir de 2015, les premiers manuels, dits de deuxième génération, vont être édités.

Pour ne pas prêter à la confusion, la ministre a déclaré œuvrer « dans l’état d’esprit de la mise en œuvre de la réforme du système éducatif adoptée en 2000, mais en accordant de l’importance à la continuité ». « Là où il y a la différence, c’est dans la démarche qui est la mienne », a-t-elle ajouté.

L’amélioration du système, une priorité

Tous les acteurs du système éducatif sont conscients de l’importance de l’amélioration du système. Cela ne peut se faire, selon la ministre, qu’en respectant quatre points essentiels qui représentent la refonde pédagogique, à savoir la lutte contre les disparités régionales, la professionnalisation, l’amélioration des programmes et la gouvernance. « Il y a une solidarité gouvernementale pour aller vers l’amélioration de la qualité, tout en axant nos efforts sur l’équité », précise la ministre.

S’exprimant sur l’évaluation des examens, la ministre a relevé une amélioration dans les examens de fin de cinquième année primaire et du BEM et une stabilité dans les résultats du baccalauréat. Concernant les résultats au baccalauréat, Mme Benghabrit nie qu’il y ait eu baisse du niveau scolaire et parle de stabilité. « Le niveau scolaire ne peut pas se mesurer avec ce simple indicateur. L’évaluation d’ensemble est liée également aux compétences acquises des établissements », a-t-elle précise.

La ministre de l’Éducation est revenue sur le chapitre important de la formation des formateurs, depuis les inspecteurs jusqu’aux enseignants. « La problématique de la formation doit accompagner l’exercice du métier à quelque niveau qu’on se trouve », a-t-elle ajouté. Enfin, Mme Benghabrit a affirmé que les portes du dialogue restent ouvertes aux différents syndicats et que 80 % de leurs revendications sociales ont été satisfaites.

Article précédentFootball : Ebossé a été tué par un « morceau d’ardoise tranchante »
Article suivantScandaleux : Un responsable des droits de l’homme réclame l’interdiction d’entrée en Algérie pour les réfugiés subsahariens et syriens