C’est un nouveau coup dur contre les importations de véhicules en Algérie. Désormais, même les entreprises n’ont plus le droit d’importer des voitures pour leur propre compte, à savoir des véhicules dédiés aux besoins de leurs propres activités.

Il s’agit d’une nouvelle instruction de la Banque d’Algérie qui vient d’ordonner aux banques et établissements financiers de geler, à compter du 2 février 2017, toute domiciliation d’importation de véhicules par les entreprises pour propre compte.

Ce gel est provisoire en attendant la mise en place d’un nouveau mécanisme d’encadrement, explique la même source.  « Il est porté à la connaissance des banques et établissements financiers que les autorités compétentes s’apprêtent à mettre en place un nouveau mécanisme d’encadrement des importations de véhicules par les entreprises pour propre compte », lit-on dans la note adressée par la Banque d’Algérie aux banques et établissements financiers », note l’instruction de la Banque d’Algérie.   « Dans l’attente de la mise en place de ce mécanisme, les banques et les établissements financiers sont invités à geler, à compter du 2 février 2017, toute domiciliation de ce type d’importation », précise la même instruction.

Il est à noter enfin que jusqu’à aujourd’hui, la réglementation algérienne stipulait que « les importations de véhicules automobiles par les personnes physiques ou morales pour leurs propres besoins et non destinés à la revente ne sont pas astreintes à la délivrance d’une licence d’importation ». Dorénavant, avec cette nouvelle instruction, les personnes morales, à savoir les entreprises, ne bénéficient plus de ce privilège. Reste à savoir si les personnes physiques pourraient importer le plus normalement des véhicules de neufs dans les jours à venir.

Article précédentInvestissement/ Pourquoi les Algériens ne savent pas « vendre » leur pays ?
Article suivantRéponse du gouvernement à la CSI/ Entre contradictions et menaces