mohcine belabbas

Algérie: Le juge d’instruction du tribunal Hussein Dey de la capitale a ordonné, lundi, de placer le chef du Rassemblement pour la Culture et la Démocratie, RCD, mohcine belabbas, sous contrôle judiciaire.

Cela est arrivé, selon ce que le parti a révélé dans un communiqué sur sa page Facebook.

Hier dimanche, mohcine belabbas a révélé qu’il avait reçu une citation à comparaître devant le juge d’instruction dans la première salle du tribunal de Hussein Dey pour demain (lundi) à 9 heures.

Le Comité national pour la libération des détenus a confirmé que les charges retenues contre le chef du parti RCD sont « d’abriter et d’employer un étranger sans permis et d’obtenir illégalement des documents officiels ».

Elle a expliqué que mohcine belabbas comparaît une fois par mois devant le juge d’instruction du tribunal de Hussein Dey (dans le cadre des enquêtes sur une affaire de droit commun).

Il y a quelques jours, le ministère de l’Intérieur a présenté une excuse au parti Rassemblement pour la culture et la démocratie, affirmant qu’RCD « a autorisé l’exploitation de son siège national, sans autorisation administrative, pour organiser des réunions pour des personnes et des organisations non accréditées, similaires à la réunion qui a eu lieu le 24/12/2121.

Le RCD a dénoncé , vendredi, l’excuse qu’il a reçue du ministère de l’Intérieur concernant « l’utilisation du siège du parti pour des activités en dehors des objectifs énoncés dans sa Loi fondamentale ».

Dans un communiqué , le bureau exécutif du parti a déclaré que cette mesure est une atteinte flagrante à la liberté de réunion qui est constitutionnellement garantie aux partis politiques.

Il a déclaré que la réunion du 24 décembre 2021, qui s’est tenue au siège national du Parti RCD, fait partie d’une série de réunions préparatoires pour un groupe d’organisations et de partis politiques, dont le Parti RCD et plusieurs personnalités actives dans la société civile, y compris les avocats, les professionnels des médias et les militants.