Invitée de la chaîne III de la Radio nationale, ce dimanche  matin, Houda Feraoun, ministre des PTIC, a affirmé que plus de 5000  travailleurs d’Algérie Poste, recrutés dans le cadre des dispositifs DAIP et CTA, vont être régularisés prochainement.

A la fin de la semaine dernière déjà, une note signée par le directeur général d’Algérie Poste, adressée aux directeurs de l’entreprise publique, annonçait la régularisation prochaine de la situation du personnel en situation d’emploi temporaire.

« Le Conseil d’Administration de I’EPIC Algérie Poste, réuni en session extraordinaire le Dimanche 23 Juillet 2017, a émis un accord de principe pour la régularisation de la totalité du personnel en situation d’emploi temporaire, particulièrement ceux recrutés dans le cadre des mesures d’encouragement et d’appui à la promotion de I’emploi, initiées par les pouvoirs publics, à savoir les dispositifs DAIP (emplois d’attente) et CTA (contrats de travail aidé) « , lit-on dans la note qui précise que cette décision « tient compte de la nécessité de remédier à la précarité de la situation socioprofessionnelle de cette frange de personnel, et tout en restant vigilant quant aux équilibres financiers de I’établissement et à la pérennité de son activité ».

Concernant la mise en place des critères pour la facilitation de l’intégration du personnel concerné, « il est nécessaire de prendre en considération l’ancienneté dans le dispositif, le profil des candidats a l’intégration, leurs situations familiales, leurs âges, leurs conduites », a précisé le DG des postes

Quel impact financier ?

Interrogée sur l’impact financier d’une telle mesure au moment ou les finances de l’Etat ne sont pas au mieux, Mme Féraoun l’a estimé au minimum a trois milliards de dinars sur la base du salaire moyen versé par l’administration des Postes, ajoutant que le coût de cette opération pourrait cependant être supérieur à ce montant du fait que la majorité du personnel à permaniser est titulaire de diplômes supérieurs. La ministre a ajouté que la situation d’Algérie poste  était devenue bénéficiaire depuis deux ans et que  cet EPIC avait dégagé en 2016 un bénéfice net après impôts de sept milliards de dinars, ce qui est cependant encore «loin d’être suffisant selon la ministre qui évoque des investissements de modernisation quatre fois plus importants que ce montant».

Yazid Taleb

Article précédentRefusant de servir de bouc émissaire/ Le personnel de l’hôpital d’Aïn Oussara dépose une démission collective
Article suivantFeux de forêts/ Des pyromanes ont mis le feu pour vendre du bois ou élargir des pâturages