Il n’y a pas qu’en Kabylie où des cellules terroristes tentent de semer l’insécurité et le chaos. A l’ouest du pays, à Sidi Bel-Abbès, située à plus de 440 Km à l’ouest d’Alger, des groupes armées multiplient les attaques et ciblent des troupes militaires.

Ainsi, deux militaires ont été tués dimanche  alors qu’ils inspectaient une centrale électrique du groupe public d’électricité et de gaz Sonelgaz, à Telagh, 80 km au sud de Sidi Bel-Abbès, a-t-on appris de plusieurs sources locales.  Les terorristes ont utilisé des armes automatiques. Leur nombre n’a pas été précisé, mais tout semble indiquer que la région Sidi Bel-Abbès abrite désormais un foyer terroriste qui se développe rapidement. 

Preuve en est, cette action terroriste n’est guère une première puisque la région avait subi en juillet dernier une autre attaque terroriste qui s’est soldée par la mort de trois militaires et quatre gardes communaux. Ces victimes sont décédées suite à l’explosion d’une bombe artisanale. Ces opérations armées confirment donc que le terrorisme s’est implanté dans la région de Sidi Bel-Abbès. Une menace réelle à laquelle l’armée algérienne tente de répondre par des opérations de ratissage et des investigations sur le terrain. Le terrorisme en Algérie ne se cantonne donc pas à l’intérieur des frontières de la Kabylie. Au contraire, il tente d’étendre ses tentacules à travers tout le pays.