Après les mises au point de l’Algérie, l’Union européenne a jugé utile d’apporter ses précisions. Les deux parties ont tenu à mettre un bémol à un article paru la semaine dernière dans le magazine Politico et portant sur la relation entre l’Algérie et l’Union européenne.

Ainsi, selon Nabila Massrali une des porte-parole du service européen pour l’action extérieure (SEAE), citée par l’APS, «l’article de Politico ne reflète en rien la position de l’UE, ni sa politique à l’égard de l’Algérie». La responsable a indiqué, qu’au contraire,  «les relations entre l’UE et l’Algérie sont fortes et durables, notamment dans le domaine de l’énergie».

Dans un long article publié la semaine dernière, le magazine américain Politico qui cite une source européenne anonyme rapporte que l’UE «attend un changement de régime en Algérie» et s’inquiète de «blocages politiques». Plus que cela, le journal indique que l’Union europénne attend «la mort» d’Abdelaziz Bouteflika afin de pouvoir s’engager à long terme avec l’Algérie, notamment en matière de vente de gaz naturel. Des propos qui ne «reflètent pas la réalité algérienne», selon le ministre des Affaires Etrangères, Ramtane Lamamra.

Dans une mise au point adressée à ce journal et publiée mardi, l’ambassadeur d’Algérie à Bruxelles, Amar Belani a affirmé que la relation qu’entretient l’Algérie avec l’’UE dans le domaine de l’’énergie «se place assurément au dessus des supputations  subjectives et incongrues puisées auprès d’une source européenne, réputée proche  du dossier et qui a, bien entendu, préféré le confort bien commode de I ‘anonymat».

Essaïd Wakli

Article précédentTransport aérien/ Les pilotes d’Aigle Azur en grève dès samedi
Article suivantActes d’état civil/ La rectification électronique des erreurs opérationnelle