L’insécurité sur les routes algériennes persiste, plus que jamais durant le mois de ramadan et pendant les fêtes de l’Aïd. Des centaines de morts sont à déplorer. Le trafic intense et l’irresponsabilité des conducteurs conduit à ce genre de drames.

Le reste de l’année, l’Algérie est un des pays où le taux de mortalité sur les routes est déjà très élevé. Les principales causes sont les excès de vitesse, les dépassements dangereux, le non respect des distances de sécurité, la négligence des piétons ou encore les manœuvres interdites…

Ainsi, pas moins de 24 personnes ont trouvé la mort et 96 ont été blessés dans des accidents de la route durant les jours de l’Aïd El Fitr, à savoir du 8 au 10 août, rapporte l’APS qui cite la Protection Civile. Celle-ci  dénombre 27 accidents durant cette période. Le Bilan le plus lourd concerne la wilaya de Naâma, dans l’ouest du pays, où cinq personnes sont décédées et deux ont été blessées dans deux accidents distincts.

La wilaya de Djelfa a connu deux tragédies la même journée. Samedi 10 août au matin, un accident a fait un mort et quatre blessés. Un sexagénaire est mort sur le coup suite au dérapage et au renversement du véhicule sur un trançon de chemin de la wilaya 122 reliant les communes de Douis et de Aïn Chouhada, au sud de Djelfa. Les blessés ont ensuite été évacués à l’hôpital de Laghouat. Puis, dans le nord de cette même wilaya, sur la route nationale N°89, six personnes sont mortes et sept ont été blessées dans un accident de la circulation le même jour, au niveau de l’axe que relie la daïra de Birine à Aïn Boussif (wilaya de Médéa). Deux familles se trouvaient dans les deux véhicules entrées en collision. Parmi les victimes, un bébé de cinq mois est à déplorer. Les corps des personnes décédées sur place ont été transportés vers la morgue de l’hôpital d’Aïn Ouassara et les blessés aux urgences médico-chirurgicales de la ville de Birine. Une enquête en cours tente de déterminer les circonstances de l’accident.

Le mois de Ramadhan a également été très meurtrier. Ce problème national et récurrent, pourtant, la situation ne s’améliore pas. D’après un communiqué du commandement de la Gendarmerie nationale, 345 personnes ont trouvé la mort et 4493 autres ont été blessées dans 2428 accidents de la circulation enregistrés pendant le mois sacré, précise un bilan dressé par la Protection Civile. La plupart ce sont produits entre 18h00 et 00h00. Les wilayas de Sétif, Médéa, Batna, Oran, Aïn Delfa et Blida ont étés les plus touchées.

Salsabil Chellali 

Article précédentLes commerçants algériens enregistrent périodiquement des ruptures de stock
Article suivant« La France est un pays islamophobe. Il faut se réveiller. »