blank

Du nouveau pour les automobilistes. A partir de l’année 2014, les autorités publiques vont lancer une carte grise avec un numéro national.

Il s’agit d’une opération qui vise, selon Abdelkader Ouali, secrétaire général du Ministère de l’intérieur et des collectivités locales, à lutter contre la falsification de ce document, et au-delà, le trafic de véhicules. Ainsi, le nouveau numéro ne changera pas avec le changement du lieu ou du propriétaire. A ce titre, ajoute-t-il, une base de données nationale du parc automobile sera mise en place. Tout cela vise, apparemment, à lutter contre le vol et trafic de véhicules. Un phénomène qui ne cesse de prendre de l’ampleur ces dernières années en Algérie. Des médias ont indiqué récemment que pas moins de 1250 véhicules ont été volés au premier semestre de 2012.

Par ailleurs, le numéro de carte grise nationale, qui ne change pas avec le changement de son propriétaire ou de lieu de résidence, pourrait éventuellement réduire les tracasseries administratives. Mais là, il faudrait d’abord que les services concernés fassent davantage d’effort parce que tout n’est pas une question de procédures et de réglementations. Les  « réflexes » des agents de l’administration tendent à compliquer les choses. En effet, si certaines daïras remettent au demandeur sa carte grise au bout de quelques jours seulement – à un certain moment des citoyens ont pu retirer leur carte grise le même jour – d’autres ne le font qu’au bout d’un délai d’un mois. C’est le cas notamment à la daïra de Chéraga, à Alger. Changer de wilaya s’avère encore plus compliqué. Il est à noter que ce même responsable du Ministère de l’Intérieur a indiqué que dans le cadre de la modernisation des documents, le permis à points aura également un numéro national. Celui-ci devait être mis en circulation il y a quelques semaines déjà, mais les choses tardent apparemment à se concrétiser.

Il est à rappeler, d’autre part, que, dans le cadre de la lutte contre la vente informelle des véhicules neufs, les autorités ont décidé de revoir la loi de 2007 relative à la commercialisation de ces véhicules. Les concessionnaires n’auront prochainement plus le droit de vendre plus d’un véhicule à la même personne.

Article précédentL’autodétermination des peuples opprimés en débat à Alger
Article suivantLe football féminin, le parent pauvre du sport en Algérie