Les trois partenaires sociaux se retrouvent jeudi 18 septembre à Alger pour trancher les questions restées jusque-là en suspens. A commencer par les modalités de l’application de l’article 87-bis du Code de Travail et la concrétisation des promesses formulées lors des récentes réunions entre les trois partenaires sociaux.

L’abrogation de l’article 87-bis du code de travail, qui définit le salaire national minimum garanti, sera donc le point phare de cette rencontre. Les trois partenaires sociaux vont définir les modalités d’application de cette décision qui interviendra dans la loi de Finances 2015. Car, si l’Etat a déjà pris les devants en mobilisant les fonds nécessaires à la revalorisation salariale dans la fonction publique –le secteur le plus touché par cet article- les employeurs privés n’y voient pas vraiment clair. Beaucoup d’entre eux vont sentir le coup d’une revalorisation qui touchera notamment les bas salaires.

Cela suffit, pourtant, à faire le bonheur de l’UGTA, seul syndicat admis dans ces conciliabules à trois. «L’élément important est que les basses couches salariales verront leur salaire presque multiplié par deux», a estimé ce matin sur les ondes de la radio nationale chaîne III.

En plus de cet article qui a fait polémique, d’autres points importants seront mis sur la table des discussions. Il s’agit notamment des mesures de relance de l’appareil de production, du foncier et certainement du nouveau code des investissements.

Essaïd Wakli